Baxter Dury « Prince of Tears »

Baxter Dury "Prince of Tears"
Donner suite au phénoménal It’s a Pleasure ([PIAS], 2014) relève de la gageure, surtout en prenant une séparation douloureuse comme matériau de base. Prince Of Tears est peut-être moins guilleret que son formidable prédécesseur, mais même dans les moments difficiles, Baxter Dury reste lumineux.

L’ombre du père plane toujours. La voix, les orchestrations, les mélodies acidulées, le funk d’arrière-boutique, l’instrumentation rudimentaire — cordes mises à part —, on est bien chez les Dury. Le Prince des larmes s’envole pour “Miami”, funky-soul parlée méthode Gil Scott-Heron, une gourmandise animée par de voluptueux violons-marionnettistes et portée par des chœurs de plumes. La basse disco en boucle et la guitare funky définissent l’aire de jeu. La dramaturgie de la chanson tient à sa fragilité. Idéal pour lancer “Porcelain” avec une rythmique poussée dans le dub par des violons inquisiteurs et une cristal-choriste. “Mungo” serait plus léger si n’était la douleur contenue ; la choriste et les violons soufflant sur la plaie pour apaiser la brûlure. “Listen” est presque jovial, comme si Dury était en convalescence chez The Clash, avec choriste, piano et violons pour panser les blessures. “Almond Milk”, un des deux titres sous la barre des 2 minutes avec “Letter Bomb”, remet Dury sur le bon chemin avec une mélodie enlevée, presque joyeuse, en compagnie de Jason Williamson des Sleaford Mods dans un registre commun. “Letter Bomb” qui enchaîne laisse l’impression d’une jacquerie orchestrée par une bande de Droogies (cf. Orange mécanique) alliée à Devo dans un exercice d’autodérision. Avec “Ol”, fini les dérapages contrôlés. Une déclaration solennelle lourde de sens qui claudique entre Jim Morrison et Lou Reed et met l’auditeur à mal. “August” joue sur la corde nostalgique avant la sublimissime “Wanna” qui annonce la fin proche de l’album à bord de son traineau mélodique glissant sur des nappes de violons et des chœurs capiteux avant de conclure par l’extraordinaire “Prince Of Tears” qui résume en 3’05” un album bouclé en une demi-heure, comme pour abréger les émotions. Le disque se termine en fondu. L’ombre de Baxter Dury s’estompe, laissant plus d’espoir de retour qu’un famélique point de suspension…

Baxter Dury Prince Of Tears [PIAS]

TRACKLIST:

Side A

Miami
Porcelain
Mungo
Listen
Almond Milk

Side B

Letter Bomb
OI
August
Wanna
Prince Of Tears



Album également dispo’ sur Spotify par ici.






Critique de It’s a Pleasure (2014, [PIAS] Le Label)

Baxter Dury "It's a Pleasure"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *