Peter Perrett « How The West Was Won »

2017 peter perrett how the west was won 2017 critique écoute chronique review domino recordings company records

Quand les Only Ones sont passés au Rat Pack à Clermont-Ferrand le samedi 6 juin 2009, Peter Perrett ne semblait pas au mieux de sa forme. C’est le moins qu’on puisse dire. Mais étonnamment, sa voix était intacte. Et là, miracle, le revoilà contre toute attente pour un premier album solo brillantissime.
J’y allais avec des pincettes vu son état lors de son dernier passage en ville.

(...)

Kevin Morby « City Music »

critique review chronique écoute kevin morby 2017 city music hand habits dead oceans folk rock indie

Un an après le sublime Singing Saw, et quelques mois après la tournée qui s'ensuivit, Kevin Morby récidive et dévoile City Music, son quatrième album solo en quatre ans.
Tellement productif le Kevin, que l'on en oublierait presque d’où il tire cette hyper-activité. On savait déjà que le trentenaire avait fait ses preuves avec les Babies, mais surtout comme bassiste des Woods. C'est sans

(...)

Kraftwerk « 3-D The Catalogue »

critique écoute kraftwerk berlin 3-d the catalogue der katalog 2017 parlophone warner france allemagne

Figée en apparence dans le Catalogue, l’œuvre de Kraftwerk est un perpétuel work in progress, en quête d’une impossible perfection. Et pourtant celle-ci n’a jamais été aussi proche. Dernièrement les allemands ont été invités dans les musées d’art moderne et institutions culturelles les plus prestigieuses du monde entier (Moma, Tate Modern Gallery, Opéra de Sydney, Fondation Louis

(...)

Jim Jones and The Righteous Mind « Super Natural »

jim jones and the righteous mind super natural rock 'n' roll blues punk garage critique review écoute hound gawd records label indie

L'an dernier, sa précédente formation à peine enterrée, le rockeur Jim Jones, annoncé la création d'un nouveau projet: The Righteous Mind. Une poignée de singles plus tard, le temps du premier album est arrivé pour le chanteur anglais. Verdict.
Il faut se battre pour se faire un nom. Surtout quand on s'appelle Jim Jones et qu'on possède une bonne douzaine d'homonymes à travers le monde

(...)

Niandra Lades « Night Funeral »

niandra lades clermont-ferrand album review critique night funeral kütu records pop rock indie indépendant

Chroniquer le deuxième album de Niandra Lades s’avère être une étrange expérience, aussi jubilatoire que complexe, au moment de passer à l’acte. J’ai vu naître ce groupe, il y a quelques années de cela, j’ai passé des heures et des heures, plutôt drôles d’ailleurs, à refaire le monde en buvant des bières avec l’ami Alexandre, leader totalement assumé de Niandra Lades,

(...)

Destination Lonely « Death of an Angel »

death of an angel destination lonely 2017 rock 'n' roll punk blues trio review critique voodoo rhythm records

Lors de sa sortie en 2015, No One Can Save Me nous avait retourné le cerveau. Deux ans plus tard, Destination Lonely, le lonely hearts club band du Rock 'n' Roll, revient avec une nouvelle déflagration sonore pour le compte de la maison Voodoo Rhythm.
Soyons honnête. Ces dernières années, on a rarement entendu un groupe de Rock 'n' Roll français sonner aussi bien que ces gars-là. Death

(...)

The Black Angels « Death Song »

the black angels chronique écoute critique review partisan records rock 'n' roll psychedelic death song

Avec leur cinquième album en treize ans, les Black Angels bouclent la boucle en nommant leur disque Death Song, nouvel hommage au Velvet Underground et à leur titre "The Black Angel's Death Song".
Serait-ce la manière qu'a trouvé le groupe pour mettre fin à son existence? Ou simplement une façon d'annoncer un renouveau? Lorsqu'on constate à quel point les Texans stagnent depuis un certain

(...)

Woods « Love is Love »

critique écoute review woods love is love 2017 woodist jarvis taveniere jeremy earl

A peine remis de City Sun Eater in the River of Light (2016, Woodsist), Woods déboule déjà avec de nouvelles chansons. Réunies sur un mini-album (ou un gros EP, à vous de voir) et composées à la hâte, en réaction au résultat des élections américaines qui ont vu, en novembre dernier, la première puissance mondiale élire le plus gros abruti que la terre ait jamais porté comme président

(...)

Feral Ohms « S/T »

silver current records critique review écoute feral ohms power trio punk rock 'n' roll 2017 oakland

Si je te dis Comets On Fire, tu ne t’en souviens pas. Qui s’en souviendrait d’ailleurs ? Ils ont suscité tellement peu d’intérêt qu’ils ont raccroché après quatre splendides albums dont un chez Alternative Tentacles et deux chez Sub Pop. Comme Zen Guerrilla auquel il est légitime de les rattacher. Mais quand ça veut pas, ça veut pas. Qu’à cela ne tienne, le sémillant chanteur

(...)

Sinner Sinners « Optimism Disorder »

sinner sinners review critique album punk goth hardcore rock 'n' roll los angeles california clermont-ferrand optism disorder sam thill steve thill

Trois ans après XI, le combo Sinner Sinners accouche d'un album plutôt efficace, mais sans grande originalité.
Le problème avec le groupe franco-américain, c'est qu'il ne semble pas capable de se mettre en danger. Optimism Disorder ressemble beaucoup (trop) à ses deux prédécesseurs. Peut-être doit-on imputer ça à un style musical un peu trop limité -un Death-Punk à tendance Goth-

(...)