Ceschi Ramos « Broken Bone Ballads »

Broken Bone Ballads
Cinq ans après le toujours aussi sublime One Man Band Broke Up, Ceschi Ramos, le rappeur/folkeux fondateur de Fake Four Inc, revient avec un album que l’on n’attendait plus. Sur une production signée du Canadien Factor Chandelier, on suit sur les douze titres de Broken Bone Ballads toutes les épreuves qu’a traversées le emcee de New Haven. Et dieu sait qu’il en a chié…

L’origine de Broken Bone Ballads remonte à 2007. Ceschi, musicien renommé au sein de l’indie rap américain (sorte de fils spirituel de Sage Francis) dispute un bras de fer avec un marine. Stupide. Il terminera le match avec une fracture de l’humérus (aïe!) et un titre pour son prochain album.
Originaire du Connecticut, Ramos défend une flopée d’artistes, dont les styles oscillent entre folk, indie rap et pop. Tous ont en commun leurs parcours D.I.Y. et leur label, Fake Four Inc. (sur lequel on retrouve entre autres Astronautalis, Blue Sky Black Death, Busdriver, Electric President, Sole ou encore Myka 9) que Ramos crée avec son frère David.

La production signée Factor (Chandelier) a, comme souvent, quelque chose de pop, de frais et par moment tubesque. Des instru’ qui donnent un peu de lumière aux textes de Ceschi qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser lors de la première écoute de BBB, sont plus sombres que ceux de son précédent opus sur lequel le rappeur abordait parmi différents thèmes sa peur de l’échec, via l’alter ego suicidaire qu’il s’était fabriqué : Captain Julius. Ici, finis les alias et la dépression (enfin, en partie), Ramos est plus à l’aise dans son statut de musicien indépendant. Tel un sage, sur « Beauty for Bosses », il tire un constat du monde actuel et de ses attentes sur sa carrière de musicien « Today I learned: « That I wasn’t built for the game; that I’d rather play floor gigs for 40 kids than any fucking festival stage. » Il aborde également son incarcération pour une sombre et complexe histoire de marijuana (« Say Something ») et rend hommage aux nombreux fans qui ont permis à son label de rester à flot durant son séjour en prison. 

Broken Bone Ballads peut certainement être considéré comme son album le plus abouti à ce jour. Ceschi offre une belle étendue de son talent sur une collection de titres variés. On y retrouve de belles complaintes folk (« Elm City Ballads »), d’efficaces titres 100% hip-hop (« Forever 33 ») et force est de constater que presque tout fonctionne sur l’album (excepté « Kurzweil », ou le couplet un brin indigeste de David Ramos ne colle pas trop avec la production du titre). L’album se clôt sur « Barely Alive », co-écrit par le mentor Sage Francis, et tout simplement idéal pour conclure.

Avec Broken Bone Ballads, Ceschi Ramos tourne une page importante, une page qu’il aurait certainement préféré ne pas vivre, mais qui a pourtant eu le mérite de lui apporter maturité et sagesse, un album majeur plein d’espoir, un « tribute » à ses amis, sa famille mais surtout, ses fidèles « supporters » qui tomberont certainement sous le charme de cette nouvelle livraison, sa meilleure à ce jour.

Ceschi Ramos Broken Bone Ballads Fake Four Inc./Modulor
Site officiel de Fake Four Inc. et page Facebook de Ceschi.

TRACKLIST:

Side A

Choke Parade
Say Something
Forever 33
This Won’t Last Forever
Bite Through Stone
Beauty For Bosses

Side B

Beyond The End
Elm City Ballads
Kurzweil
(Ft. David Ramos, iCON The Mic King & Shoshin)
Rowing In Circles
One Hundred Dragonflies
Barely Alive
(Ft. Sage Francis)



Album également dispo’ en écoute sur Spotify et Bandcamp.




Interview de Ceschi Ramos à découvrir ci-dessous:

Ceschi Photo (TimMannle)

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.