Dessa « Chime »

La trentaine passée, Margret Wander aka Dessa est à l’image de Doomtree, le collectif auquel elle appartient, le cul entre deux chaises: parfois pas assez Hip-Hop et souvent trop R&B, trop cérébral ou peut–être pas suffisamment formaté pour les radios. Sa musique est inclassable, vouée à ne séduire qu’un maigre public.

Dessa n’est pas une chanteuse à voix, elle ne l’a jamais été. Elle a même mis plusieurs années à l’assumer, cette voix, qui n’a pourtant rien à envier aux dizaines de chanteuses qui cumulent les millions de vues sur YouTube. Alors que Part of Speech laissait entrevoir une songwriter plus à l’aise, Chime concrétise une artiste accomplie: écrivaine engagée, parfois féministe (« Fire Drills »), rappeuse, chanteuse et, plus récemment, productrice. Ce nouvel album, est en partie produit par ses amis/beatmakers (Lazerbeak, Paper Tiger ou Cecil Otter pour ne citer qu’eux), et ressemble à un bouillon de culture ou le Hip-Hop moderne se voit bousculer par la Pop, elle même bercée par des arrangements électroniques tout en assumant, ça et là, ce que le R&B actuel sait faire de mieux, sans avoir recours à de quelconques effets de voix visant à masquer le déficit vocal.

Avec ce quatrième album, Dessa maitrise désormais son cocktail de Rap moderne à la perfection et, si Chime n’est effectivement pas un disque de Hip-Hop pur jus, il saura sans aucun doute trouver son public, que l’on devine autant amateur de Rap conscient que de belles ballades.

Dessa Chime Doomtree

TRACKLIST:

Side A

Ride
5 Out of 6
Fire Drills
Velodrome
Good Grief

Side B

Boy Crazy
Jumprope
Shrimp
Half of You
Say When
I Hope I’m Wrong



Album également en écoute sur Bandcamp et Spotify.


Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *