« Fanzinorama : Une histoire de la bande dessinée underground » de Marie Bourgoin & Matthieu Rémy

Livre grand format qui doit trôner en bonne place dans toute bibliothèque bien tenue, Fanzinorama est un aperçu des milliers de fanzines graphiques stockés à La Fanzinothèque, caverne d’Ali Baba située dans les murs du Confort Moderne à Poitiers qu’on ne saurait trop vous recommander de visiter à la première occasion. Ça vaut fichtrement le détour.

Comme il existe la Bibliothèque Nationale de France pour regrouper toutes les publications françaises (magazines, journaux, livres, fanzines, etc.), il y a La Fanzinothèque pour tous les fanzines et pas uniquement français. La Fanzinothèque est un centre de ressources qui n’est peut-être plus unique au monde aujourd’hui, mais en tout cas, elle était la première en Europe à sa création en 1989 à l’initiative de l’ineffable Didier Bourgoin. Un personnage pour qui tout fanzineux voue une admiration sans borne et une amitié précieuse. Sa femme, Marie, est toujours à la tête de l’institution. Elle est maître d’œuvre pour conduire cet ouvrage à la demande de l’éditeur. Fanzinorama, une histoire de la bande dessinée underground est un florilège en quadrichromie de ce que le graphzinat français propose de mieux depuis les années 80. Une œuvre par page, c’est aéré pour permettre de profiter du style, des détails, des couleurs très souvent flashy. Avec toutefois, quelques planches en noir et blanc. Ne sont évoqués dans ces pages que des fanzines dédiés à la bande dessinée comme dit dans l’intitulé. Il n’est pas histoire de zines musicaux, ciné, littéraires, culinaires ou autres. Mais disons que tous les graphzines évoqués sont très orientés rock. Certains protagonistes sont même musiciens. On pense bien sûr à El Rotringo, Paquito Bolino ou même Caroline Sury qui a dû jouer elle aussi, mais je ne me souviens plus dans quel groupe. Évidemment, La Fanzino comme on l’appelle dans le mitan a entrepris un énorme travail de numérisation de ses gigantesques archives comme le fait la BNF. On peut d’ailleurs consulter gratuitement de très nombreux fanzines en format PDF sur son site. Plus qu’un livre, Fanzinorama est une œuvre d’art.

Marie Bourgoin et Matthieu Rémy Fanzinorama
Hoëbeke, 188 p., 25 €

Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.