Foo Fighters « Concrete and Gold »

Foo Fighters "Concrete and Gold"

Difficile à croire que ce bon vieux Dave Grohl aka « nicest guy in rock », plus admiré comme (le 6ème) batteur(s) de Nirvana qu’à la tête de ses Foo Fighters, est dans la place depuis plus de 30 ans. Avec un disque tous les 2 à 4 ans, Grohl et ses Foo reviennent avec Concrete and Gold.

Depuis sa création en ’95, la machine Foo Fighters n’a jamais été aussi bien huilée. Tellement qu’elle évite soigneusement toute prise de risque. A chaque fois, on a droit à un concept, plus ou moins alléchant, -du double album électrique ET acoustique au disque enregistré dans un (très graannd) garage en passant par celui ou le groupe arpente plusieurs studios légendaires- pour finalement se retrouver avec plus ou moins le même album: un disque des Foo Fighters. Le résultat n’est jamais mauvais, rarement exceptionnel mais les fans sont toujours ravis et le disque se vend par millions.
Rebelote avec Concrete and Gold. Faire appel à un producteur plus « Pop », en l’occurrence Greg Kurstin (connu pour son travail avec Sia ou Adele), partait d’une bonne intention mais n’apporte pas grand chose à l’ensemble, si ce ne sont des chœurs peut-être plus maitrisés, proches de ceux des Fab Four…et malheureusement noyés sous les riffs de guitares. « Make It Right », « The Sky is a Neighborhood », « Run » et « La Dee Da », titres sans grande inventivité, s’imposent largement dans le genre « tube Heavy Rock » et comme le p’tit frère Sonic Highways, même les invités (Alison Mosshart, Paul McCartney ou…Shawn Stockman de Boys II Men!) sont à peine discernables.
Pour être tout à fait honnête, on s’attendait un peu à ne pas prendre de claque avec le nouveau Foo Fighters, mais, au vu des critiques U.S. (tous arguant que la bande n’avait pas fait de disque de ce niveau depuis plus de 10 ans) on est presque déçu.

A l’heure du neuvième album studio, Dave Grohl et ses copains ne semblent toujours pas décidés à se remettre en question. Concrete and Gold apparait ainsi comme un énième disque de Rock (de stade) 100% américain. Une production massive, de gros riffs de guitares mais grand chose d’original. Come on Dave! On sait que tu es capable de mieux..!

Foo Fighters Concrete and Gold Roswell/RCA
Site officiel des Foo Fighters et de RCA.

TRACKLIST:

Side A

T-Shirt
Run
Make It Right
The Sky is a Neighborhood

Side B

La Dee Da
Dirty Water
Arrows
Happy Ever After (Zero Hour)

Side C

Sunday Rain
The Line
Concrete and Gold



Album également dispo’ en écoute sur Spotify par ici.





Critique(s) de l’EP Saint Cecilia, de l’album Sonic Highways (2015 et 2014, RCA/Roswell) par Foo Fighters,
et du premier album de Lieutenant (aka Nate Mendell, bassiste de FF chez Dine Alone en 2015).

foo fighters saint cecilia ep rca roswell records critique review foo fighters sonic highways critique review album nate mendel chris shiflett taylor hawkins pat smear dave grohl rca roswell records rock rami jaffee 2014 nate mendel sunny day real estate lieutenant 2015 dine alone records review critique écoute pop indie rock foo fighters

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *