François Premiers « Franciscopolis »

Un tel attelage de François havrais était impensable même dans les théories rock’n’rolliennes les plus machiavéliques. Pourtant, ils l’ont fait. Vous vous souvenez des Traveling Wilburys (Bob Dylan, George Harrison, Tom Petty, Roy Orbison et Jeff Lyne), le méga-all-star-band ? Disons qu’avec les François Premiers, on atteint le même gratin version rock’n’roll.

Le casting est époustouflant. Quand on a appris que François Frandol Pandolfi (ex-Roadrunners, ex-Kitchenmen) s’associait à François Lebas (ex-Fixed Up, ex-Backsliders, Asphalt Tuaregs), on est tombé des nues. Deux parmi les tout meilleurs compositeurs rock français, deux des plus belles voix s’acoquinent pour ouvrir boutique. Ils ne se sont pas emmerdés pour trouver le nom. D’autant que le bassiste, celui d’Asphalt Tuaregs, est aussi un François, François Fenouil. Ce qui fait une première ligne de François. D’où François Premiers pour la renaissance du rock’n’roll (ils l’ont faite avant moi celle-là). Le batteur se nommant Guillaume Tranié et le mandoliniste, Cyril Doche. Pour schématiser, Frandol est d’obédience power – pop et François Lebas, plus rock’n’roll, plus pub-rock, le point de jonction entre les deux étant les Flamin’ Groovies, ça tombe bien, ils offrent une magnifique version de “Don’t Put Me On” en face B de ce fantastique 45 tours qui balance une “Franciscopolis” d’anthologie en vitrine. Cette chanson assemble la flower power pop chère à Frandol et la guitare tranchoir de François Lebas avec un fond rhythm’n’blues. “Franciscopolis”, qu’on imagine incarner Le Havre à leur mesure avec le cri des mouettes en intro, “Franciscopolis” donc va faire un carton chez les adeptes d’un rock de grande lignée qui court des Seeds aux Flamin’ Groovies. Notons au passage la jolie pochette signée Riff Reb’s.

Tout ça pour dire que le ramage se rapporte largement au plumage.

François Premiers Franciscopolis Poseur Records
Photo de couverture : Wilfried Lamotte ©

TRACKLIST :

Face A

Franciscopolis

Face B

Don’t Put Me On


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.