Galactic « Into the Deep »

Into The Deep
“Sugar Doosie” en ouverture de Into The Deep aurait très bien pu s’intituler “Welcome on Planet Groove” tellement ça défouraille gros funk XXL.

Je découvre Galactic. Si on ne me l’avait pas soufflé au cul, je ne l’aurais pas su. Le groupe de la Nouvelle-Orléans est en activité depuis 1993. Il a une palanquée de disques à son actif. Galactic, c’est une sorte de Funk Brothers à Crescent City (surnom de la Nouvelle-Orléans). Ils font défiler les interprètes devant le buffet pendant qu’eux mijotent la confiture. Macy Gray prête sa voix au fondant craquant “Into The Deep” par exemple. Galactic prend en compte toutes les sonorités louisianaises. Toutes, ça comprend la bounce, le rap local apporté par les Indiens de Mardi Gras (Afro-Américains qui défilent en marge du Carnaval officiel de la Nouvelle-Orléans avec des costumes invraisemblables hauts en couleurs inspirés par les Indiens). La dansante “Right On” chantée par Mlle Charm Taylor est une combinaison de rhythm’n’blues et de bounce paraffiné à la graisse de funk. Les cuivres rougissent comme des pots d’échappement de dragsters. Le “Domino” chanté par Ryan Montbleau est traitre. Tu penses tenir un funk-blues au petit trot et quand les klaxons entrent en piste, tu la sens bien la poussée d’Archimède : « Tout cuivre plongé dans le funk provoque un sacré chambard dans le calcif à pépère ! Pour “Buck 77”, Galactic incorpore un zest d’électro ; et le Hammond qui déboule là-dedans tel le renard dans le poulailler…
Mavis Staples enfile une élégante “Does It Really Make a Difference” pour aller danser. “Chicken in the Corn” est chanté par le spectaculaire rap-bluesman jamaïcain Brushy One String qui s’accompagne généralement d’une guitare à une corde tout en tapant la table de l’instrument pour la rythmique.

Et l’album se conclut par un rhythm’n’blues instrumental en guise de chill-out. Si tu tombes sur la version Edition Deluxe de Into The Deep, il y a trois bonus live. Les mecs transforment la piste de danse en tartine de miel ! La version de “Dolla Diva” chantée par Erica Falls est poignante. Ils terminent comme ils ont commencé par “Sugar Doosie” qui était déjà explosive en studio. En live, elle ne gagne pas grand-chose si ce n’est qu’on la croirait extraite de Life on Planet Groove (Minor Music, 1992) de Maceo Parker. Un disque pour gens heureux.

Funk you.

Galactic Into The Deep Mascot Label Group

TRACKLIST:

Side A

Sugar Doosie
Higher And Higher (ft. JJ Grey)
Into The Deep (ft. Macy Gray)
Dolla Diva (ft. David Shaw and Maggie Koerner)
Long Live The Borgne
Right On (ft. Ms. Charm Taylor)

Side B

Domino (ft. Ryan Montbleau)
Buck 77
Does It Really Make A Difference (ft. Mavis Staples)
Chicken In The Corn (ft. Brushy One String)
Today’s Blues



Album également dispo’ sur Apple Music, Qobuz et Spotify.



« Dolla Diva » en live au festival Freebird

Trailer de l’album

 

Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.