The Get Up Kids « Problems »

polyvinyl record co. the get up kids 2019 problems critique chronique review indie emo rock punk kansas city missouri

Problems est le nouvel album de The Get Up Kids, sorti chez Polyvinyl en avril 2019. Si tu découvres plus ou moins qui sont les Get Up Kids et que tu veux savoir à quoi t’attendre, sache que l’on parlera d’un album d’Indie Rock aux accents émotionnels, bien travaillé, avec une petite touche qui le démarque de la plupart des disques du genre que l’on écoute habituellement. On lui donnera une bonne note, c’est certain, parce que ces gars savent objectivement écrire des chansons cool. Mais franchement, si tu découvres ce groupe, j’aimerais vraiment l’écouter avec des oreilles aussi fraîches que les tiennes. Parce que ce n’est pas tout à fait le cas, The Get Up Kids, c’est quelque chose de plus pour moi.

Et résumer Problems à un album Indie Rock sympa, c’est aussi cacher totalement le fait que The Get Up Kids a une histoire, et une histoire du genre significative pour certains d’entre nous (tu peux inclure qui tu veux dans le “nous”). Pour s’en rendre compte, il faut revenir à ceux que les historiens des musiques à mèche de cheveux sur le côté appellent la “seconde vague Emo”, entre la fin des années 90 et la fin des années 2000. À cette époque, la scène Punk Rock connaît un tournant, avec des groupes qui aiment envoyer du son, mais qui injectent plus de douceur, plus d’émotions, plus de mélodies dans leur musique. On parle de Jawbreaker, de Jimmy Eat World, ou de Weezer par exemple (ça devrait faire « DING » quelque part dans ta tête). Bref, loin de moi l’idée de faire un cours que je ne maitrise pas sur ce sujet, mais la précision historique fait une différence personnelle énorme dans cette chronique, puisque j’adore plein de groupes de cette époque et je sens vraiment cette touche dans les chansons de cet album. The Get Up Kids, j’aimais déjà (beaucoup) avant. Donc on est dans cette configuration qui se retrouve de plus en plus ces derniers temps: un groupe ayant eu ses plus belles heures de gloire il y a quelques temps -quand j’étais en seconde à jouer au baby-foot tous les midis au bar de la patinoire, entre deux cookies marque du pouce en l’occurrence- se reforme et essaye de nous éblouir à nouveau. Pari risqué, c’est le moins qu’on puisse dire. Pourtant, The Get Up Kids avait déjà réussi ce pari, en nous sortant l’EP Kicker l’année dernière, avec franchement quatre chansons qui valaient le coup. On a senti le poids de dix ans de plus sur les compo’ (moins entraînantes mais plus matures) avec encore l’essentiel du son du groupe, qui comme par magie, était presque intact. D’où mon attente pour Problems.
L’album s’ouvre sur “Satellite”, qui est surement la meilleure manière de nous rappeler les grandes heures du groupe. Ultra efficace, catchy, avec cet accent Emo perceptible, ça s’annonce parfaitement en place pour la suite (et suffisant pour que je pré-commande le disque, parce que bien entendu c’était LE single à mettre en avant). Puis arrive “The Problem is Me” et je commence à me dire que le groupe change, se tourne vers « l’Indie Rock de papa”. Simple, mais produit comme il faut, avec un refrain catchy comme tout, que je le fredonne bien assez. Puis arrive le coeur du disque (t’inquiète, je ne vais pas égrainer les chansons une à une) : des chansons matures, sans urgence, qui réveillent l’Emo Rock en perdant vingt battements par minute par rapport à ce que je connais de ce groupe, (“Now or Never”, “Lou Barlow”) mais que je veux bien chanter dans la chaise longue un dimanche après-midi, tranquille. Et comme une sieste au soleil, l’album peut parfois paraitre un peu endormi au fond du jardin, quand on y prête un peu moins attention. Des parties plus cachées que le temps fera ressortir, en tout cas je l’espère. Mais pour l’instant, je trouve l’album un peu dans un faux rythme à partir de “Common Ground”. Les accents électroniques, c’est pas trop pour moi. Mais derrière oui, ça sent les années 90, la jeunesse et le soleil (“The Advocate”). Et on ne pourra jamais ni enlever ces souvenirs, ni le fait d’y repenser en écoutant ces notes. Bref, je divague, mais c’est pas si mal.

Au final, ne vas pas chercher trop loin, Problems de The Get Up Kids est un bon album. Dans ce cas de figure, c’est assez simple d’arriver à cette conclusion. Car même si ce n’est pas le meilleur album de l’histoire du groupe, ce que je n’ai jamais vraiment espéré, il est vraiment au niveau, ce que pour le coup j’espérais sans illusion. Oui, leurs belles heures de gloire sont un peu derrière eux, oui la musique doit un peu évoluer avec nous, mais peut-être que j’apprécierais encore plus cet album dans quelques années. Avec 10kg de plus, comme eux.

The Get Up Kids Problems Polyvinyl Record Co.

TRACKLIST :

Side A

Satellite
The Problem Is Me
Salina
Now Or Never
Lou Barlow
Fairweather Friends

Side B

Common Ground
Waking Up Alone
The Advocate
Symphony Of Silence
Brakelines
Your Ghost Is Gone



Album également disponible sur Bandcamp, Apple Music, Qobuz & Spotify,
ainsi que chez tous les bons disquaires indé’ !


<


Martin Andraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.