Luc Baranger « L’extravagant Monsieur Parker »

L’extravagant Monsieur Baranger revient avec un superbe nouveau roman. Le gars est coutumier du fait. Il ne fait pas de bruit du fond de son Québec d’adoption, lui l’aventurier, le Robert Louis Stevenson français, mais tous ses livres sont archi recommandables.

Cette fois encore, Luc Baranger raconte une très jolie histoire qui se passe à Albuquerque en 1949. Une histoire survenue à la famille McLaughlin. Le père, invalide, ne travaille plus. La maman exerce le métier d’aide à domicile comme qui dirait de nos jours. Les McLaughlin ont deux enfants, Shane et sa cadette, Abigail, la narratrice qui a 70 ans au moment de raconter l’histoire. En 49, Maureen McLaughlin va une fois par semaine chez Monsieur Leroy Parker, un nonagénaire fort sympathique pour qui elle fait le ménage, la cuisine et quelques courses. Un jour, en arrivant, elle le trouve bien excité après la lecture d’un article. Un drôle de citoyen vient de se rendre à la police en prétendant être Billy the Kid réputé mort depuis belle lurette. Ça agace prodigieusement Leroy Parker qui avoue à Maureen avec qui il a créé un lien d’amitié que Billy the Kid, en vérité, c’est lui. En rentrant chez elle, elle en parle à son mari et à ses enfants qui s’empressent de s’informer sur la légende de Billy the Kid. Les McLaughlin empruntent des livres à la bibliothèque. Billy the Kid devient le sujet numéro un à la maison. Maureen invite Leroy Parker à la table des McLaughlin. Et Leroy Parker de raconter son histoire, celle de Billy the Kid avec force détails. Les enfants et le lecteur sont fascinés. À travers la narration de l’Extravagant Monsieur Parker, on revisite de nombreux pans de l’histoire des USA de la fin du XIXème , le massacre des Indiens, le vol de bétail, les attaques de train, les pays d’Amérique du Sud servant de base arrière pour aller se planquer, on retrouve évidemment Pat Garrett, Butch Cassidy, toute la légende mais cette fois, racontée par celui qui prétend être le vrai Billy the Kid et qui, selon toute vraisemblance, est bien le vrai Billy the Kid puisque l’usurpateur a vite été démasqué.
Cette réécriture de
 l’histoire est absolument passionnante et envoutante. Le roman est relativement court, suffisamment pour le dévorer d’une traite. Avec Luc, on a évidemment quelques morceaux de musique qui trainent au coin des pages. Lui qui a été proche de JJ Cale ou voire parolier de Paul Personne, parmi ses activités les plus avouables. Il est également le traducteur français de Christopher Moore, entre autres.

Ce roman est un vrai festin pour l’esprit et un régal pour les yeux. Magnifique roman d’aventure.

Luc Baranger L’extravagant Monsieur Parker La Manufacture de Livres
214 p., 18,90 €

Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.