She Keeps Bees « Eight Houses »

8h

She Keeps Bees est un duo originaire de Brooklyn. Jusqu’ici, rien de bien original. Tous les bons groupes viennent ou prétendent venir de Brooklyn. Ça doit faire plus classe sur un CV. Bref, Jessica Larrabee a fondé le groupe seule il y a quelques années (« Bees » étant son surnom), après avoir écrit quelques compo’, elle demande un coup de main à un copain, Andy LaPlant, producteur et ingénieur du son, à qui elle apprend la batterie. Le duo a sorti trois albums depuis.

Eight Houses est donc leur quatrième et, en ce qui me concerne, l’un des albums de l’année, tout simplement. D’abord, parce que pas un seul des dix morceaux n’est à jeter, puis parce que chacun dégage quelque chose de fort, qui vous scotche, vous prend aux tripes, et vous oblige à rester attentif du début à la fin. Musicalement, le groupe pratique une sorte de blues/folk relativement sombre avec Larrabee au chant et à la guitare et LaPlant à la batterie et aux arrangements. Puisque les gens aiment les comparaisons (ça rassure !), disons que She Keeps Bees se situe quelque part entre les premiers Cat Power (à l’époque ou Chan était vraiment déprimée), Patti Smith (pour le coté « femme qui en impose grave ») et Shannon Wright (parce que tout ça ne respire pas la joie). Bien sûr, le duo est quand même à part et se différencie essentiellement sur les arrangements à la fois discrets et ultra classe de LaPlant. Sur le sublime « Owl » par exemple (dans lequel la pote Sharon Van Etten vient faire quelques chœurs) on note de subtils cuivres sur le refrain, sur « Is What It Is », Andy a ajouté des boucles électroniques hyper discrètes, un clavier et quelques effets sur la voix de Jessica. Eight Houses serait-il pour She Keeps Bees l’album (tant attendu) de la reconnaissance ? Parce qu’il le mérite amplement.

She Keeps Bees 8 Houses Future Gods/B.B Island

TRACKLIST:

Side A

Feather Lighter
Breezy
Owl
Both Sides
Burning Bowl

Side B

Radiance
Wasichu
Greazy Grass
Raven
Is What It Is


Également en écoute sur Soundcloud, Spotify et Bandcamp.




Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.