The Bats « The Deep Set »

a3689585530_10

Après des 90’s plutôt dispensables au niveau discographique, The Bats nous sont revenus au début des années 2000 avec deux albums assez convaincants malgré l’âge qui les séparent de leurs prédécesseurs, et même plutôt rassurant sur la capacité de Robert Scott à écrire de chouettes chansons, n’ayant certes plus les attraits de la juvénilité mais possédant la justesse d’une maturité bienvenue et un charme discret des plus passionnants.

The Guily Office (2008, Hidden Agenda) et Free All The Monsters (2011, Mistlestone) se débarrassent des oripeaux soniques pour reprendre l’histoire où elle s’était arrêtée dans nos cœurs ; après Fear of God (1991, Mammoth) et poursuivre avec deux œuvres où il est justement plus question de travail sur la matière sonore et non sonique (si on peut l’exprimer ainsi) et des différentes possibilités données pour arranger une chanson que sur la force intrinsèque des mélodies comme il était question aux premières heures. Dans l’acceptation de ce constat, j’affirme que ce troisième album The Deep Set depuis la deuxième partie de leur carrière est le plus accompli et peut-être même leur meilleur depuis Fear Of God car il a tous les atouts mélodiques et sonores enfin réunis dans le même opus et réussit l’exploit de réunir les souvenirs en les accommodant à la modernité de l’époque sans jamais se renier ni faire de compromissions commerciales.
Ainsi il débute dans un clair obscur « Rooftops » avant d’avancer en pleine lumière avec « Looking For Sunshine » et sa mélodie solaire portée par les guitares passionnantes de Robert Scott et Kaye Woodward. Sur la plage trois un « Rock and Pillars » nous rappelle que les Bats sont toujours aussi accro aux lignes répétitives et peut être les meilleurs représentants pour toujours! Leurs chansons tels des chocolats nous feront connaître des indigestions de bonheur jusqu’à la tombe « Walkin Man » et « No Trace ». Ces Pop songs ne sonnent pas comme les autres, on se demande après tout ce temps passé quel secret de confection recèlent ces vignettes du bout du monde qui les préservent aussi miraculeusement des adages du temps, et les font briller toujours comme nuls autres alors que les éléments qui les composent sont les mêmes à savoir deux guitares qui discourent ensemble, se joignent ou s’éloignent, se cherchent, se perdent, se disputent, s’enlacent dans un tel élan à la fois passionné et naturel avec une batterie et une basse comme un cœur et un poumon à l’unisson pour l’éternité telle une charpente inébranlable. Il n’y a qu’à écouter « Antlers », « Busy » pour s’en persuader; cette musique jaillit comme une source et charrie des torrents d’émotions. Ce mélange d’indolence et de proximité, seuls eux savent le transmettre si parfaitement « SteelyGaze », « Dunkerstan » semblent de ce fait nous parvenir comme des confidences secrètes de lointains amis. Le groupe clôt ce retour en grâce par un tube dont lui seul a le secret comme un dernier clin d’œil complice. Dans un savant mélange d’harmonies électriques en s’appuyant sur une écriture sans faille à la maturité complexe et paraissant pourtant couler de source se termine ce, maintenant essentiel, nouveau Bats!

Cet album mérite de siéger les doigts dans le nez dans la discographie des Bats au côté des meilleurs et signe leur retour avec maestria!

 

The Bats The Deep Set Flying Nun
Site officiel des Bats et de Flying Nun Records.

TRACKLIST:

Side A

Rooftops
Looking for Sunshine
Rock & Pillars
Walking Man
No Trace
Diamonds

Side B

Antlers
Busy
Steely Gaze
Durkestan
Shut your Eyes
Not so Good



Album également disponible en écoute sur Spotify et Bandcamp.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *