Enablers « The Rightful Pivot »

trp
The Rightful Pivot est un excellent disque. D’ores et déjà le meilleur album de 2015. Il te le faut absolument.Voilà, fin de cette critique, merci…

Bon, ok, je vais quand même développer un peu, histoire que le taulier de Slow Show ne me prenne pas pour une feignasse et continue d’avoir une haute opinion de moi, ce qui je dois l’avouer, m’aide à me lever chaque matin…Mais avant d’aller plus loin, je dois t’informer, cher lecteur, que je ne suis de toute  façon plus vraiment objectif quand il s’agit de parler d’Enablers. D’abord parce qu’il s’agit tout bonnement du groupe « indé » à guitares le plus intéressant de ces dix dernières années et aussi, accessoirement, parce qu’on a fini par devenir  potes… Aïe ; paye ta déontologie journalistique, c’est sûr. Ok, mais là par contre, en toute objectivité, je pense que la presse musicale a connu (bien) pire…

Alors passons et venons-en au fait : Presque quatre ans après Blown Realms & Stalled Explosions, qui aurait pu être un excellent Ep mais n’a été qu’un bon album (tu vois qu’en y mettant du mien, je peux être -un peu- objectif) voici donc The Rightful Pivot, cinquième opus du quatuor américain. Et à ceux qui disent qu’Enablers reprend les choses là où ils les ont laissé, je dis « stop ». Oui, hop, comme ça !
Car ce nouvel effort n’est en rien une suite de son prédécesseur; Blown Realms résultait d’un trip paradoxalement jubilatoire et douloureux, mais nécessaire et fortement influencé par la présence de Doug Scharin (June of 44, Codeine) à la fois batteur et arrangeur. On y retrouvait donc « la recette Enablers », mais aussi quelques égarements, pour le meilleur, mais  aussi  parfois  pour…le pire  (j’exagère un tantinet, c’est pour la formule). Du coup, réactions mitigées : on avait soit applaudi des deux mains, soit déclaré ce groupe « fini », « usé ».
Si tu appartenais alors à la première catégorie, ne t’inquiète pas, The Rightful Pivot a lui aussi de quoi largement faire ton bonheur. Si tu étais dans le deuxième camp, prépare-toi à t’en prendre une bonne et la prochaine fois, tu réfléchiras un peu plus avant de l’ouvrir… Car ce disque est une vraie surprise ! En effet, après Blown Realms, on pouvait difficilement s’attendre à pareil revirement; comme un retour à l’essence du groupe, une cure de jouvence mais sublimée par toute cette expérience et cette richesse que les années ont apporté  à  Enablers.
Résultat, le récitant Pete Simonelli livre sa meilleure prestation, tandis que Joe Goldring et Kevin Thomson, guitaristes de génie, arrivent encore à se surprendre et à nous surprendre. Chaque titre a donc sa part de familiarité et de singularité, le  tout  parfaitement  dosé. J’en veux pour preuve le magnifique « Look », pièce centrale voire pièce maîtresse du disque, où l’on ne peut s’empêcher de repenser aux grands moments d’Output Negative Space, paru il y a déjà presque dix ans et chef d’œuvre absolu du groupe. Mais avec ce petit truc en plus…Le jeu de Sam Ospovat (nouveau venu derrière les fûts), tout en nuances et proche du feeling du regretté Joe Byrnes, n’est d’ailleurs pas étranger à cette sensation… Sans vouloir tomber dans le jeu de mots musical foireux, il faut reconnaître qu’il donne à cet album, et au groupe en général, une nouvelle impulsion. Et de l’audace aussi. Ainsi, loin des schémas qu’on leur connaît, les quatre n’hésitent pas à conclure cette galette par « Enopolis », véritable orgie expérimentale. Comme une preuve supplémentaire que les étiquettes, ce n’est définitivement pas pour eux.

Avec The Rightful Pivot tu ne vas pas écouter un disque de post-rock, de noise, de slam, d’indie-rock, ou que sais-je encore… Tu vas écouter un disque d’Enablers. Un putain de bon disque d’Enablers.

Enablers The Rightful Pivot Lancashire And Somerset/Exile On Mainstream
Bandcamp d’Enablers et site web de Lancashire And Somerset et Exile On Mainstream.

TRACKLIST:

Side A

Went Right
She Calls After You
The Percentages
Look

Side B

Solo
Good Shit
West Virginia
Enopolis



Album également disponible en écoute sur Spotify par ici.


Le Jeune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.