Big Thief « Two Hands »

On assiste depuis 2009 à l’avènement, tranquillement mais sûrement, d’une artiste qui est devenue pour ses admirateurs une amie voire même une confidente -comme l’avaient été à leur époque Cat Power ou Hope Sandoval– mais avec encore plus de proximité avec ses auditeurs.

En effet depuis son album Masterpiece (2016, Saddle Creek), la compositrice, chanteuse et musicienne Adrianne Lenker, qui officie comme leader de Big Thief, creuse un sillon affectif dans nos cœurs avec une musique hautement émotionnelle portée par une voix à la beauté singulière ; Une voix comptant parmi les plus belles qu’il nous ait été donnée d’entendre. La chanteuse use qui plus est d’une palette de modulations pour mieux servir chacune de ses chansons, elle est capable de susurrer à nos oreilles comme de prendre son envol indifféremment avec la même justesse. Pour parfaire ses aspirations musicales, la demoiselle s’est offert un groupe à la hauteur de ses ambitions, un guitariste (Buck Meek) remarquablement malléable pour faire corps avec les mots de la compositrice, un bassiste (Max Oleartchik) à la subtilité bien venue et un batteur (James Krivchenia) qui effleure sa batterie ou la chahute avec précision et discernement.
C’est avec sa sensibilité et son honnêteté que Big Thief est devenu pour certains la bande son qui rythme leurs journées. Alors, lorsqu’on écoute en ouverture « Rock and Sing », on se retrouve en territoire connu, à notre grande satisfaction, « Forgotten Eyes » montre les dents avec une science de la mesure et de l’équilibre assez inédite alors que « Toy » avance à pas feutrés avec ses guitares caressantes et sa batterie effleurée. Ce nouvel opus sonne comme une rencontre entre le meilleur de Capacity et U.F.O.F. et le titre éponyme « Two Hands » est là pour en attester avec brio. Le groupe chaloupe en arpèges et accords bien sentis accompagnant le chant de la capitaine en chef qui joue les équilibristes. Two Hands s’écoute agréablement entres balades nonchalantes (« Those Girls » et  » Rock and Sing ») et mélodies déchirantes (« Wolf » et « Cut my Hair » en écho aux véritables crève cœur qu’étaient  » Mary » sur Capacity ou « Orange » sur U.F.O.F. : des chansons belles à faire pleurer les pierres. Ici, l’économie de moyen n’est pas un cache misère et nuit nullement à l’efficacité sobre de ces chansons décidément supérieures. Adrianne Lenker nous émeut avec ses mots à elles, ses mots choisis, mais ne cherche pas à nous apitoyer mais plutôt à nous faire partager ses joies, ses malheurs, ses doutes, ses réussites et ses échecs. C’est sur ce terrain que la compositrice nous cueille. Big Thief est un véritable véhicule émotionnel toujours en équilibre entre deux montagnes, tantôt le ying tantôt le yang, mélancolique ou coléreux. Mais une colère rentrée presque passive qui lorsqu’elle déborde peut s’avérer mordante comme sur « Not » au symbolisme nihiliste, qui sort ses griffes tout le long de la chanson pour bondir en fin de morceau, toutes guitares dehors acérées comme les griffes d’un tigre.

Le succès croissant de Big Thief s’explique pour toutes ces raisons : Il touche à l’intime autant pour l’adepte rompu à la musique dite indé’ mais peut également aspirer à toucher un public plus large car il nous propose une musique exécutée avec une telle liberté et honnêteté qu’elle en crève les yeux. Et que dire de cette voix aux modulations infinies qui épouse si bien l’éventail des sentiments humains. L’américaine fait de la Pop indé’ par la forme mais s’en affranchit d’album en album et semble enfin prête à toucher un plus grand nombre. N’est-ce pas lorsque l’on y réfléchit bien le but ultime de la Pop ?

Big Thief Two Hands 4AD/Beggars

Side A

Rock and Sing
Forgotten Eyes
The Toy
Two Hands
Those Girls

Side B

Shoulders
Not
Wolf
Replaced
Cut My Hair



Egalement dispo’ sur Apple Music, Qobuz, Spotify,
mais aussi et surtout, chez tous les bons disquaires indé’ !



Ice Cream Man

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.