Bonny Light Horseman « Bonny Light Horseman »

Bonny Light Horseman. Derrière ce nom énigmatique se cache l’un des albums folk de l’année, même si cette dernière est à peine entamée. Le genre de disque à la fois intemporel mais aussi très ancré dans une époque, mais pas la nôtre.

Ces dix chansons semblent presque avoir été enregistrées au coin du feu, quelque part dans une forêt californienne à la fin des années 60. En réalité, le groupe, formé autour du noyau dur Eric D. Johnson (Fruit Bats), Anais Mitchell et Josh Kaufman, s’est formé il y a quelques années à peine. Outre ces trois musiciens, le groupe prend souvent des allures de collectif. S’il a pris forme et mûri lors d’une résidence de 37d03d (à la fois label et résidence d’artistes, pour faire court) à Berlin sous l’égide d’Aaron Dessner (The National) et Justin Vernon (Bon Iver), le projet s’est finalisé de l’autre côté de l’Atlantique où le trio à terminé l’enregistrement de l’album.
La formule elle, est relativement simple, puisque l’on retrouve sur ce premier disque éponyme tout ce qui a fait le succès du genre folk depuis plus de 50 ans. Quelques accords de guitare acoustique accompagnée d’une section rythmique, parfois d’un harmonica, d’une pedal steel, d’un banjo ou de claviers. Basique et sobre certes, mais ça marche. Et quand c’est le cas, on s’approche du chef-d’œuvre (le morceau titre « Bonny Light Horseman » , « Deep in Love » ,  The Roving », le trio gagnant qui ouvre l’album) ; quand ce n’est pas le cas, on a droit, dans le pire des cas, à de belles chansons pas inoubliables mais au charme indiscutable. Le disque est autant composé de grands classiques du genre revisités que de morceaux originaux, mais l’ensemble est tellement homogène que l’on a du mal à retrouver qui est quoi.

Sans prétention, Bonny Light Horseman livre l’une des belles surprises de l’hiver, peut-être même l’un des disques de l’année, un disque de folk traditionnel beau et apaisant que l’on n’attendait pas.

Bonny Light Horseman Bonny Light Horseman 37d03d/Differ-Ant

TRACKLIST :

Face A

Bonny Light Horseman
Deep In Love
The Roving
Jane Jane
Blackwaterside

Face B

Magpie’s Nest
Lowlands
Mountain Rain
Bright Morning Stars
10,000 Miles


Album également disponible sur Apple Music, Qobuz, Spotify & Tidal,
mais aussi et surtout, chez tous les bons disquaires indé’ !



Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.