Dinosaur Jr. à l’Épicerie Moderne, Feyzin

2dinosaurjr-epiceriemoderne-feyzin2013

Difficile de résister chaque année à l’alléchante programmation que propose l’Épicerie Moderne de Feyzin. Quelques jours à peine après le beau plateau Nick Waterhouse + Allah-Las, c’est dans un tout autre style musical que l’Épicerie présente son deuxième concert indispensable en une semaine avec la venue des mythiques Dinosaur Jr.

Rapide description pour les non connaisseurs (en même temps je vois difficilement une personne totalement étrangère au groupe cliquer sur le lien emmenant à cette chronique mais bon), Dinosaur Jr. est depuis quasiment 30 ans l’un des groupes les plus important de la scène indie rock américaine, ni plus ni moins. Le trio, formé par J. Mascis et Lou Barlow (également leader de Sebadoh) et complété par le batteur Patrick Murphy plus connu sous le nom de Murph. Musicalement, le groupe a son style propre à lui-même et devient vite très facilement reconnaissable. Pour terminer, il sort très rapidement quelques albums majeurs (You’re Living All Over Me, Bug ou Green Mind sortis respectivement en 1987, 1988 et 1991). Après une séparation d’une dizaine d’années, le trio se reforme, sous son line-up originel.

Cette année, c’est l’excellent I Bet On Sky, génial nouvel album qui aurai facilement pu sortir 20 ans plus tôt, que le groupe vient défendre en Europe. Et force est de constater que le trio n’a pas fait les choses à moitié, car peu de spectateurs repartiront ce soir déçus par le concert. Après avoir pris place sur scène, Mascis s’approche de son micro et entame Bulbs of Passion extrait de leur tout premier album, sorti en 1985. Il gardera quasiment la même position durant toute la durée du set (rappel compris), ne s’adressant jamais à son public. Mascis est comme en transe pendant les morceaux (ou tout simplement atteint d’autisme à un degré assez important), chante (plutôt bien) tout en dégageant une sorte de lassitude, il se balance d’avant en arrière, de droite à gauche, exécute un solo par ci, un autre par là, le tout, sans grande conviction. On se demande même à un moment si ce mec prend réellement du plaisir lors des tournées de son groupe…

9idinosaurjr-epiceriemoderne-feyzin2013

De l’autre coté de la scène, Barlow est l’opposé de son collègue et semble réellement prendre son pied, on imagine facilement un large sourire sur son visage (qu’on ne peut d’ailleurs qu’imaginer puisque ses cheveux en cachent une bonne partie !), le musicien tord sa basse dans tout les sens et est réellement doté d’un putain de charisme. Derrière les fûts, le batteur qui remplace Murph (absent sur cette tournée européenne) fait le boulot, remplissant son rôle à merveille, rien à redire sur sa prestation ! Le trio exécute quelque morceaux de son dernier album, avant de retomber dans les classiques (« Start Choppin » ou le génial « Out There ») ; Mascis laisse même Barlow au chant (si on peut appeler ça du chant) sur les furieux « Little Fury Things » et « Training Ground » (cette chanson étant en fait issue du répertoire des pré-Dinosaur Jr., Deep Wound). Deux morceaux de rappel compléteront une set list déjà bien remplie : le classique « In The Jar » et la repris des Cure, « Just Like Heaven« . Le groupe sort de scène, et c’est tant mieux car le public finit quasi sourd (avec ou sans bouchons), mais avec le sourire au lèvres…

Salle: L’Épicerie Moderne à Feyzin
Photos: Yann Dubois ©
Chronique également disponible sur Concert & Co.


Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.