Goat Girl « Goat Girl »

goat girl london londres album record critique review chronique post-punk indie rock pop 2018
Goat Girl. Voilà un nom que l’on voit souvent revenir dans la presse spécialisée depuis maintenant deux ans. Sorti de nulle part après une signature chez Rough Trade suivie d’une poignée de singles, le girls-band anglais dévoile enfin un premier long format aussi inclassable que passionnant.

Il aura donc fallu deux ans pour que Lottie Pendlebury, Ellie Rose « L.E.D. » Davis, Naima « Jelly » Raidina & Rosy « Bones » Jones sortent ce premier album. Deux années pendant lesquelles les filles ont distillé leur univers sombre, sarcastique, chaotique parfois violent mais toujours tubesque à travers une série de maxis. Deux années passées sur les routes -aux cotés de Fall du regretté Mark E. Smith ou de la nouvelle sensation Post-Punk Shame– qui ont permis à ces jeunes musiciennes d’affirmer un style à part. D’une classe folle, leur album éponyme sonne comme une sorte de Cat Power Punk (pour le chant) qui fricoterait avec les Bad Seeds (période fin 80), des obscurs Gallon Drunk ou des freaks de Fat White Family en guise de backing band. Des influences nombreuses, mais une identité véritablement unique.
Des quatorze titres, aucun ne se ressemble. Le quatuor maintient la pression tout au long du disque grâce à d’envoutantes ballades et de courtes salves Punk (seuls deux morceaux dépassent les trois minutes); une tension maintenue notamment grâce à cinq interludes instrumentaux (tous écrits par la batteuse/claviériste Rosy) qui font le lien entre les titres. Les textes, en grande partie signés Lottie (aka Clottie Cream) sont à la fois drôles et glauques, mais font surtout preuve d’une grande maturité et d’une belle assurance.

Qu’il est bon de voir ce que ces quatre Anglaises -totalement inconnues mais bourrées de talent- ont sous le coude. Ce premier méfait a l’allure d’un bon coup d’pied aux couilles d’un monde ou l’Indie Rock reste décidément trop masculin. Don’t mess with Goat Girl!

Goat Girl Goat Girl Rough Trade

TRACKLIST:

Side A

Salty Sounds
Burn The Stake
Creep
Viper Fish
A Swamp Dogs Tale
Cracker Drool
Slowly Reclines
The Man With No Heart Or Brain
Moonlit Monkey

Side B

The Man
Lay Down
I Don’t Care Part 1
Hanks Theme
I Don’t Care Part 2
Throw Me A Bone
Dance of Dirty Leftovers
Little Liar
Country Sleaze
Tomorrow



Album également dispo’ sur Apple Music & Spotify.



Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *