Kurt Vile « Wakin On A Pretty Daze »

woapd

Si vous ne connaissez pas Kurt Vile, vous devriez rapidement vous pencher sur son cas. Le musicien trentenaire, membre fondateur des War On Drugs, en est déjà à son cinquième album solo.

Déjà, son précédent opus avait fait parlé de lui, et les critiques étaient unanimes en faisant de Vile l’artiste à suivre de très près. Toujours accompagné de son groupe : les Violators, il vient ici confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. Originaire du Midwest, ce multi instrumentiste a su habilement se servir de toutes les influences qu’il a ingurgité pendant son enfance : de Springsteen à Neil Young, en passant par Pavement.
Tout le talent de Kurt est là, il sait marier le rock classique à sa Pop Lo-Fi sans jamais nous ennuyer, et ce nouvel album restera certainement comme une pièce maitresse de sa carrière ; un disque d’une longueur assez consistante (près d’une heure et demi) mais qui s’écoute pourtant très facilement. Du Rock ‘n’ Roll « KV Crime » (largement influencé par du Lou Reed période Coney Island) aux brillants « Girls Called Alex » et « Never Run Away », sublimes morceaux pop. Il y a de tout sur cet album, qui mériterai d’être bien plus reconnu qu’il ne l’est déjà.

Kurt Vile Wakin On A Pretty Daze Matador
Chronique publiée à l’origine dans le magazine Zap.

TRACKLIST:

Side A

Wakin on a Pretty Day
KV Crimes
Was All Talk

Side B

Girl Called Alex
Never Run Away
Pure Pain

Side C

Too Hard
Shame Chamber
Snowflakes Are Dancing

Side D

Air Bud
Goldtone



Album également dispo’ en streaming sur Spotify.




Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *