The National « Trouble Will Find Me »

twfm

Propulsé au rang de véritables icônes de l’Indie Rock américain après la sortie de son cinquième album, le quintet natif de l’Ohio sort Trouble Will Find Me et une fois de plus, s’en sort admirablement bien.

Pourtant, il était facile de se prendre les pieds dans le tapis après l’énorme succès international d’High Violet, mais après avoir tout d’abord planifié une longue pause (bien méritée), le groupe, débarrassé de toute pression promotionnelle, s’est tout naturellement remis à composer.
Et c’est peut-être ça le secret de la réussite de ce sixième LP. Les treize morceaux qui composent ce nouvel album sonnent spontanés, moins tendus et plus sobres. Comme le calme qui règne après la tempête. On retrouve la sobriété d’un Boxer, sur les somptueuses ballades « Heavenfaced » et « I Need My Girl » tandis que l’instrumentation et la tension du single « Sea of Love » fait largement penser à une composition tirée d’Alligator.

Après quatorze années d’activité, les New-yorkais d’adoptions semblent enfin avoir trouvés leurs voies, avancent à leurs rythmes et n’ont désormais plus rien à prouver à personne. Trouble Will Find Me est certainement l’album qui leur ressemble le plus, . Décidément, The National n’ont pas finit de nous émerveiller.

The National Trouble Will Find Me 4AD/Wagram
Chronique publiée à l’origine dans le magazine Plugged.

TRACKLIST:

Side A

I Should Live in Salt
Demons
Don’t Swallow the Cap
Fireproof

Side B

Sea of Love
Heavenfaced
This is the Last Time

Side C

Graceless
Slipped
I Need My Girl

Side D

Humiliation
Pink Rabbits
Hard to Find



Également disponible en streaming sur Spotify par ici.










Live report des concert du groupe au Barclay Center à Brooklyn, NY en 2013 (photos par Robert Altman) et au Festival Les Nuits de Fourvière à Lyon en 2014 (photos par Johan Cottreel).The National@Barclays Center  live report critique johan cottreel photos le mauvais coton the national live festival les nuits de fourvière 4ad 2014 james vincent mcmorrow

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.