Bob Mould « Patch The Sky »

Patch the Sky

Comme le stipule l’article 1 du règlement intérieur depuis 2012 : “en année paire, année Robert”. Pour le dire de façon plus conventionnelle, nouvel album de Robert Arthur Mould, plus connu sous le sobriquet de Bob Mould. Avec Patch The Sky, Mould fait ce qu’il sait faire de mieux, du Bob Mould, sur châssis Hüsker Dü, modèle Sugar, ses puissants muscle-bands qui firent fonction de GPS dans l’industrie de la PPP (power-pop-punk) durant les années 80 et 90 ! Il en reste des séquelles, tout n’est pas perdu…

Mould a musclé son jeu de jambes ces dernières années, notamment avec ses deux précédents albums, le gigantesque Silver Age (Merge, 2012) et l’alléchant Beauty & Ruin (Merge, 2014). Il a retrouvé la fougue en débarquant chez Merge avec sa pop byrdsienne montée en 380 volts. Et cette voix… Miraculeuse ! Bob Mould, c’est une signature, une marque de fabrique, un cru de prestige pour un millésime 2016 à siroter on the rocks
Avec cette nouvelle constellation de douze étoiles, Mould rapièce le patchwork d’un rock qui s’effiloche et se dilue dans des considérations trop lointaines de ses préoccupations et de ses motivations initiales. Mould invite tout le monde à se ressaisir, à revenir aux fondamentaux avec un disque d’une extraordinaire pureté, aux mélodies cristallines et aux harmonies célestes, tout en délicatesse, en sobriété, sans jamais ramener sa gueule, pour un rock boosté à l’accent aigu pop. Tout cela paraît simple, fastoche. Ça l’est. En apparence !
Un disque de Mould n’est jamais sans raison. Débuter par “Voices in my Head” avant “The End of Things” laisse présager une humeur taciturne. D’autant que “Pray for Rain”, “Lucifer & God” ou “Losing Time” n’invitent pas à se taper sur les cuisses. Cette tonalité entre chien et loup est assouplie par des uppercuts mélodiques.
Bob Mould est réputé solide auteur-compositeur-interprète. A cela, il faut lui concéder un talent inouï de mélodiste et ce, depuis Hüsker Dü.

Si tu as pris une grosse châtaigne avec le phénoménal Silver Age, tu vas déguster avec le très réussi Patch The Sky !

Bob Mould Patch The Sky Merge Records

TRACKLIST

Side A

Voices In My Head
The End Of Things
Hold On
You Say You
Losing Sleep
Pray For Rain

Side B

Lucifer and God
Daddy’s Favorite
Hands Are Tied
Black Confetti
Losing Time



Album également dispo’ sur Spotify.




Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *