Brian Wilson & Ben Greenman « I Am Brian Wilson »

Si vous êtes amateur de Rock et de Pop, vous connaissez certainement l’histoire de Brian Wilson, du moins dans les grandes lignes: les chants en harmonies avec ses deux frères dans leur chambre d’adolescents, le père tyrannique qui veut tout contrôler, les premiers succès dans les années soixante, le chef d’œuvre Pet Sounds et la débâcle Smile, puis, la descente aux enfers de Brian qui sombra peu à peu dans la folie, avant de vivre sous le joug du terrible Dr. Landy

C’est toute l’histoire de la vie fascinante de Brian Wilson qui nous est contée dans cet ouvrage, autobiographie co-écrite avec Ben Greenman, enfin publiée chez nous chez Le Castor Astral. Ce qui frappe lorsqu’on lit ce bouquin, c’est le ton employé, si juste: on retrouve cette candeur, cette espèce de naïveté de môme qui caractérise le génie derrière les Beach Boys. Il suffit d’avoir vu Wilson en interview pour comprendre que Ben Greenman a fait du bon boulot en retranscrivant son histoire: on a l’impression de l’écouter raconter tout le long des 350 pages qui se lisent avec autant de facilité que de curiosité. Brian nous balade sur les cinquante dernières années via divers flashbacks qui nous renvoient à tous les épisodes jalonnant sa vie de Beach Boy survivant. Une chose qui transparait dans ce bouquin, c’est l’amour authentique de Brian Wilson pour la musique, particulièrement la musique américaine (même si il précise avoir de l’admiration pour les Anglais, on sait combien les Beach Boys doivent aux Beatles): il cite tous les noms des divers artistes qui l’ont marqué, pour leur rendre hommage et c’est cet amour pour la musique qu’il revendique tout au long de cet ouvrage. Sa vie est un vrai roman qui se termine pas forcément bien (il est aujourd’hui le seul survivant parmi les trois frères Wilson) ni forcément mal (il a fini par terminer son légendaire Smile et continue de tourner pour célébrer avec succès ses disques les plus marquants).

Ce bouquin ravira les fans de la première heure, qui sauront trouver quelques anecdotes inédites (comme par exemple le fait qu’il apprécie « Kokomo », l’horrible hit enregistré sans lui par les Beach Boys en ’89) ainsi que les jeunes gens qui voudront connaître l’histoire d’un des plus fameux songwriters des 50 dernières années. A la fin du livre, on se prend à rêver de voir Paul McCartney, au soir de sa vie, publier le même genre d’ouvrage: allez Macca, au boulot!

Brian Wilson et Ben Greenman I Am Brian Wilson Castor Music
352 pages, 24,00€
Titre original:
I Am Brian Wilson: The genius behind the Beach Boys (2016, Coronet)
Photo de couverture: Michael Ochs Archives/Getty Images



Yann Pinguet

Grande perche d'une trentaine d'années, passant le plus clair de son temps à dévorer des ouvrages en tous genres et/ou écouter des heures de musique. Voue un culte à Robert Allen Zimmerman (aka Bob Dylan) et Robert Crumb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *