Dirty Deep « Tillandsia »

Je te garantis que si tu approches de ce disque sans prendre gare, tu vas te cramer les oreilles. La poêle à frire chauffe à blanc un blues des plus noirs. Black, blanc, blues. Ambiance.

Depuis quand Strasbourg a été annexée par le Mississippi ? Là, facétieux comme tu es, tu te demandes si le grand reporter de guère que je suis n’aurait pas chopé une embolie cervicale suite aux agapes de fin d’année organisées en grande pompe par la direction de Slow Show qui ne recule devant aucun sacrifice pour bichonner son personnel de maison. À ce propos, quand tu auras cinq minutes, viens me délivrer, je tape d’une main sur le clavier, l’autre étant toujours menottée au radiateur depuis la Saint-Sylvestre !

L’album du trio alsacien a les dents du fond qui baignent dans les eaux du Mississippi. Ça part sur un Gospel en clapping pour s’engager sur une énorme coulée de lave façon Endless Boogie cornaqué par Hendrix. C’est James Leg qui est ensuite convoqué pour une “Shake It” qui traverse le marais cul nu, de la boue jusqu’aux genoux. On poursuit par une bluette façon hobo se prélassant au bord de la rivière sous l’œil de l’alligator affamé. Croustillant. Les présentations étant faites, il s’agit de faire rugir le 8 cylindres de la Dodge Supercharger. Le trident strasbourgeois a confié le réglage de son moteur 426 Hemi à Jim Jones, celui des Hypnotics, Black Moses, Revue et autres Righteous Mind, affublé de Rémi Gettliffe pour régler la carburation. Le MC5 et les Stooges entrent dans la bergerie. On passe ensuite au tube, “You’ve Got To Learn”, un country blues à déclencher des tempêtes dans les calbars, des ouragans dans les futals, des typhons dans les caleçons ! Et ça continue à ce rythme, entre cabane en bois des bords du Rhin au bout d’une route marécageuse dont personne ne revient et runs à bord d’un MOPAR ! Shérif fais-moi peur.

Un des tous meilleurs albums de l’année 2018, toutes formes d’expression confondues.

Dirty Deep Tillandsia Deaf Rock

TRACKLIST

Side A

Road Dawgs
Sunday Church
Shake It !

Side B

Strawberry Lips
Wild Animal
You’ve Got To Learn

Side C

Hipbreak
Hangin’ On An Oak Tree
Confessionnal Hole
I Want To Miss You

Side D

By The River
Bottletree
Last Call To Heaven



Album également disponible sur Bandcamp & Spotify.



Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.