Frustration « Empires of Shame »

Empires of Shame

Il y a quelques semaines, Les Inrockuptibles, qui n’en est plus à une connerie près, titrait à la une de son hebdomadaire: « La Femme l’avenir du rock ». Aujourd’hui, à l’heure de la sortie du nouveau Frustration, on se demande si le magazine n’aurait pas mieux fait de filer un titre pareil au quintet parisien.

Mais finalement, à quoi bon chercher à coller une phrase d’accroche pour présenter le troisième album des Parisiens. Frustration n’a pas besoin de ça, et ne n’a jamais couru après le succès ou la reconnaissance. Ces cinq gars se contentent depuis leur début de jouer la musique qu’ils aiment. Qu’elle soit Post-Punk, Cold-Wave ou, au sens large, tout simplement Rock ‘n’ Roll, le tout, en restant intègres, droits et fidèles, à leur public comme au label qui les ont révélés : Born Bad Records.
Empires of Shame est leur troisième album en près de quinze ans d’existence, ce qui est peu, mais largement suffisant. Là où certaines formations Garage/Punk s’efforcent de nous gaver avec un album tous les 6 mois/1 an, au point de nous fatiguer (aussi talentueux soient-ils), Frustration a choisi de la jouer plus cool. Le quintet ne fait pas dans la subtilité, mais dans le concret. Les influences, le son, et l’identité working-class du groupe n’ont pas bougé d’un poil depuis la création du gang.
On a peut-être déjà dit ça par le passé, mais Empires of Shame sonne vraiment comme du Frustration à son meilleur. TOUS les ingrédients étant réunis.
« La frustration est une réponse émotionnelle à l’opposition. Liée à la colère et la déception » nous dit Google, voilà qui définit parfaitement bien Frustration. La voix, les cris, les claviers dissonants et les guitares acérées seraient la colère, tandis que les textes de Fabrice Gilbert et la rythmique martiale, précise et quasi militaire du groupe, seraient la déception.

Pas besoin de tourner autour du pot pour comprendre à quel point cet Empires of Shame est une pierre angulaire dans la carrière du groupe. Un disque qui vient des tripes et qui ramène le quintet à l’époque de Full of Sorrow (EP sorti en 2006). Oui, Frustration vient tout juste de sortir un grand album, et affirme un peu plus sa place dans les grands groupes de rock français.

Frustration Empires of Shame Born Bad Records
Page Facebook de Frustration et site web de Born Bad.

TRACKLIST:

Face A

Dreams Laws rights and Duties
Just Wanna Hide
Excess
Empires of Shame
Arrows of Arrogance

Face B

Mother Earth in Rags
Cause You Ran Away
Even with the Pills
Minimal Wife
No Place



Égalementen écoute intégrale sur Bandcamp et Spotify.



Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.