Keren Ann à La Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand

En ce jour d’automne pluvieux, je me rends au concert de Keren Ann à La Coopérative de Mai. Elle vient de sortir son huitième album, Bleue (2019, Wrasse), dont le titre de la première chanson est « Sous l’eau ». Ambiance humide donc mais pas moite.

En première partie de dernière minute, Alex Delano et Matt Low ouvrent le bal très sobrement. Chacun y va de sa chanson accompagné par l’autre qui à la guitare sèche qui à l’électrique. Le duo annonce une tournée au printemps prochain en canoë. Affaire à suivre donc.
Je connais bien la dame pour l’avoir vue plusieurs fois en concert et écouté pratiquement toute sa discographie. Les thèmes abordés tournent souvent autour de la mélancolie, d’amours déchus et le bleu est une couleur qui lui sied à merveille. L’eau reviendra souvent sous toutes ses formes dans différentes chansons : « Nager la nuit », « Ton île prison » ou « Le fleuve doux ». Marrant, l’après-midi précédant le concert, je lis une interview de Kim Gordon (Sonic Youth) qui dit : « C’est drôle, l’autre jour, j’essayais de décrire la physicalité de la musique et je la comparais au fait de se baigner dans l’océan.  Il y a ce sentiment d’être à l’intérieur et à l’extérieur de ton corps ». Bien dit Kim ! Keren Ann arrive sur scène habillée d’un pantalon à galon taille très haute et d’un chemisier couleur ivoire, le tout, lui donnant une silhouette très longiligne. Elle est accompagnée de quatre musiciens (basse, batterie, guitare, synthé) aussi discrets qu’efficaces. Elle enchaîne les titres du dernier album alternant avec de plus anciens. Les chansons sont arrangées de façon très classieuses. Un clin d’œil au Velvet Underground est fait sur « Lay Your Head Down ». Ma compagne me fait remarquer que « It Ain’t No Crime » aurait toute sa place dans la bande son du futur James Bond. Keren Ann joue de la guitare électrique et du piano debout mais nous sommes loin de Michel Berger. Surtout, elle chante à la perfection, sans jamais forcer ni tomber dans un pseudo lyrisme avec trémolo à la Véronique Sanson. Seul bémol, il me semble que le concert a été très/trop préparé et les interventions de Keren Ann entre les chansons sont parfois trop écrites ou réfléchies. La perfection et le travail ont l’inconvénient des fois de gommer toutes les aspérités et spontanéité. Elle termine le set par une reprise de Moustaki : « La ligne droite » avec des paroles tel que : « Il pleut chez moi, chez toi le soleil est de plomb. Quand pourrons-nous enfin marier nos saisons. » La question est posée, doit on répondre ?

Keren Ann + Alexandre Delano & Matt Low
Salle : La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand
Production : Live Nation
Photos : Yann Cabello

Setlist :

Sous l’eau
Ton île prison
Odessa
You’re gonna get love
Where did you go
Bleu
La mauvaise fortune
Le fleuve doux
Nager la nuit
Ma name is trouble
Easy money
Lay your head down
La corde et les chaussons
Chelsea burns
It’s all a lie
It ain’t no crime
In your back

Rappel

Strange weather
You have it all lose
La ligne droite




Gael Jonard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.