Kevin Morby « Singing Saw »

Singing Saw

Dans la famille des Kevin, je voudrais l’ancien bassiste de Woods et leader des Babies, aussi discret que brillant, mais malheureusement beaucoup moins populaire que l’Australien à la tête des surestimés Tame Impala (Kevin Parker): Kevin Morby. Le songwriter signe avec Singing Saw son troisième album solo, le premier sur le label de l’Indiana Dead Oceans, un disque en forme de véritable réussite.

Discrètement et tranquillement, le p’tit Kevin trace son chemin. A l’époque d’Harlem River (2013, Woodsist) déjà, tout le monde avait senti le potentiel du garçon, l’album était gavé de belles ballades, dans la lignée de Leonard Cohen (à ses débuts) et d’un Dylan (au moment de son virage électrique). Un an plus tard, Still Life (2014 donc, et toujours chez Woodsist) confirmait tout ça mais c’est avec ce tout nouveau petit bijou du nom de Singing Saw que la reconnaissance arrive. Là, l’album met tout le monde d’accord. Morby est tout bonnement brillant. A l’aise dans l’écriture de ballades à la guitare (« Singing Saw ») comme au piano (« Ferris Wheel ») ou sur des chansons à la structure nettement plus Pop (le sublime « I Had Been To The Mountain » et ses chœurs Gospel ou le Folk électrisant de « Dorothy »).

Singing Saw est un troisième album riche et varié, un disque dans lequel chaque morceau fonctionne, ou chaque couplet, refrain ou solo semble évident. Et si l’on devait terminer sur l’une de ces phrases accrocheuses dont la presse raffole tant, on pourrait arguer que Singing Saw est l’album de la consécration, une future pièce maitresse dans la discographie d’un jeune compositeur déjà brillant: Kevin Morby, le nouveau Bob Dylan. Mais, pour une fois, il ne s’agirait pas de paroles en l’air!

Kevin Morby Singing Saw Dead Oceans
Page Facebook de Kevin Morby et site web de Dead Oceans.

TRACKLIST:

Side A

Cut Me Down
I Have Been to the Mountain
Singing Saw
Drunk and on a Star
Dorothy

Side B

Ferris Wheel
Destroyer
Black Flowers
Water



Album également dispo’ en streaming sur Spotify.






Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.