Mark Lanegan « Sing Backwards and Weep »

Malgré sa carrure imposante, l’intimidant Mark Lanegan est toujours resté dans l’ombre de bon nombre de ses amis. À 56 ans, le chanteur américain nous donne l’impression d’avoir vécu plusieurs vies…

Dans Sing Backwards and Weep, il nous conte la véritable vie d’une rockstar, à deux pas du succès mais loin des strass et des paillettes. Le genre de vie dont on ne peut rêver, à moins d’être complètement détraqué. Il se confesse avec honnêteté et nous raconte absolument tout sur le parcours semé d’embuches (c’est le cas d’le dire) qui l’a façonné. On plonge tête première au cœur de la scène grunge des années 90, dans une industrie musicale à une époque ou toutes les majors voulaient trouver le « prochain Nirvana » et on suit Lanegan dans les bas-fonds de Seattle et des quartiers les plus infréquentables des grandes villes d’Amérique du Nord à la recherche de dope, souvent accompagné de ses idoles, ses amis (de Jeffrey Lee Pierce à Layne Staley en passant par Dylan CarlsonKurt Cobain ou Josh Homme…) et de ses amours. Lanegan n’omet rien, même les traits les plus dérangés de sa personnalité, on y découvre sa quête pour sortir du bled dans lequel il a grandi et qu’il déteste (Ellensburg dans l’état de Washington) puis sa descente en enfer qui débute dès l’adolescence à sa rencontre avec l’alcool et les drogues dures. Seul regret à la lecture de cette passionnante bio, l’absence des aventures qui suivirent sa « rédemption », les projets au coté de Greg Dulli, des Queens of the Stone Age, de Soulsavers ou d’Isobel Campbell.

L’ancien leader des Screaming Trees donne avec ses mémoires un vrai sens au fameux « sex, drugs & rock ‘n’ roll ». Une vie ravagée par le crack et l’héroïne, brûlée par les deux bouts, une vie triste mais parfois aussi drôle et souvent poignante, à l’image de ses chansons. Un ouvrage qui devrait figurer parmi les classiques de l’histoire du rock américain.

Mark Lanegan Sing Backwards and Weep White Rabbit


Passionante interview de Mark Lanegan par Joseph Arthur
pour son podcast Come to Where I’m From



Dans les années 90 au sein des Screaming Trees


Au coté des Queens of the Stone Age au début des années 2000…


Au coté de la chanteuse et musicienne écossaise Isobel Campbell,


Et plus récemment en solo avec son groupe le Mark Lanegan Band.

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.