Les Pixies au festival Les Nuits de Fourvière

 pixies live les nuits de fourvière 2016 les vieilles charues loll willems photo concert gig report review lyon chronique black francis charles thomson joey santiago dave lovering david paz lanchantin
Douze ans déjà que le gang de Boston s’est reformé! Alors qu’il avait choisi dans un premier temps de revenir sur le devant de la scène seulement pour remplir les comptes en banque (dixit Frank Black, l’année de leur retour), le quatuor a finalement fini par retrouver l’envie de composer ensemble. Après moult péripéties (annonce d’une nouvelle séparation, suivie du départ de Kim Deal, du passage furtif de Kim Shattuck à la basse et de l’arrivée de Paz Lanchantin), le groupe sort en 2014 Indie Cindy (PIAS), son premier album depuis 1991, suivi d’une grosse tournée mondiale.
S’il est difficile de savoir si le groupe prend réellement son pied ce soir, on peut affirmer sans se tromper que le public est, lui, plus que ravi de (re)voir sur scène ses lutins favoris. La quasi-totalité des spectateurs scandent par chœurs leurs chansons favorites, sourire aux lèvres, tandis que la fosse se lance volontiers dans quelques pogos sur les morceaux les plus punk. Les Bostoniens livreront ce soir un set carré, sans fioriture, pied au plancher pendant près d’1h30 et sans aucune pause. pixies live les nuits de fourvière 2016 les vieilles charues loll willems photo concert gig report review lyon chronique black francis charles thomson joey santiago dave lovering david paz lanchantin Charles, David, Joey et Paz délivrent une setlist imparable, sans aucune faute de goût. Un greatest hits en bonne et due forme, qui retrace l’exceptionnelle carrière d’un groupe au succès tardif, survenu étrangement quelques années après sa séparation, excepté en Europe, ou il a été adopté dès ses débuts. Rien n’est écarté de l’impeccable setlist ce soir; Le public aura même droit à quelques trésors oubliés et/ou omis depuis bien trop longtemps sur scène (« River Euphrates », « Brick is Red ») calés entre d’énormes tubes (« Hey », « Where Is My Mind? », « Here Comes Your Man » ou « Caribou »), quelques titres plus récents (« Indie Cindy », « Snakes ») et de belles surprises extraits de leur prochain album, prévu pour septembre prochain (« Classic Masher », « Um Chagga Lagga » et « Head Carrier »). Le quatuor reste (comme à son habitude) relativement statique sur scène, concentré sur son instrument. Les hurlements de Black, qui ont gagné en maturité avec les années, semblent plus maitrisés et bien plus puissant qu’aux débuts du groupe. Santiago fait de son coté un boulot admirable, tout en restant fidèle (trop?) aux parties guitares des albums studios. Il ne s’autorisera qu’une « folie » durant le pont de « Vamos », trifouillant sa Gibson Les Paul et son jack pendant de longues minutes. Rien à redire sur la section rythmique non plus, Lovering fait le job, assure comme un chef pendant tout le set comme sur ses quelques minutes de gloire au chant (sur « La La Love You ») tandis que la belle et doué Paz se fait tranquillement une place dans le groupe, assurant les chœurs à la perfection, sans pour autant nous faire oublier l’irremplaçable Kim Deal.
On l’aura compris, ce soir, les Pixies sont en très grande forme et, s’ils ne parlent à aucun moment au public (est-ce vraiment nécessaire?), ils se contentent d’une sobre salutation à une audience conquise d’avance, qui les remerciera à sa façon, notamment en balançant les coussins de leur sièges en direction de la scène. La suite sera à découvrir sur sa platine dès septembre avec la sortie d’Head Carrier, premier album composé de la sorte (Indie Cindy était une collection de quatre EP) depuis Trompe Le Monde (4AD) en 1991, et surtout, le premier à accueillir Paz Lanchantin en membre permanent.
Set List:
Gouge Away
Dead
River Euphrates
Magdalena 318
Snakes
Velouria
Bone Machine
Crackity Jones
Isla De Encanta
Wave of Mutilation
Monkey Gone to Heaven
Classic Masher
Subbacultcha
Hey
Where Is My Mind?
Here Comes Your Man
La La Love You
Greens And Blues
Brick Is Red
Break My Body
Indie Cindy
Head Carrier
Um Chagga Lagga
Rock Music
Baal’s Back
Tame
Vamos
Debaser
Planet Of Sound
(Semblant de) Rappel

Caribou

Photo: Loll Willems
Photo de couverture:Culturebox©
FestivalLes Nuits de Fourvière à Lyon

Playlist comprenant la setlist du concert au festival Les Nuits de Fourvière
(également dispo’ sur Spotify par
ici)


Concert du groupe au festival Les Vieilles Charrues en juillet 2016.


Critique de l’album Head Carrier (Pixies Music) sorti en 2016

Pixies Paz Lanchantin Head Carrier Pias Frank Black Black Francis Dave Lovering David Lovering Joey Santiago 2016 Album Indie Rock

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.