Twin Peaks « Down in Heaven »

Down In Heaven

Tiens, un nouveau groupe au nom qui interpelle. « Twin Peaks« . Il fallait oser, tant l’évocation de celui-ci résonne en nous. On apprend qu’ils sont de Chicago mais celà ne nous avance pas plus sur leur style.

Alors on pose le disque sur la platine avec un peu de circonspection, ne sachant trop à quoi s’attendre et là Ô joie, Ô bonheur, on est propulsé dans le passé avec pour commencer un » Walk to the One You Love » efficace et spontané comme un jeune Supergrass.  « My Boys » et « Butterfly » nous convient dans une danse de « St Guy » avec la fougue des mêmes « Gaz…Yeah » mais de l’autre côté de l’Atlantique avec le parrainage des Byrds et des Turtles et non pas des BBB « Beatles, Bowie, Buzzcocks » en références  crânement affichées. Ces mélodies hédonistes et ces guitares et claviers ont muri sous le soleil et ont grandi patiemment avec leurs illustres aînés avant de partir gambader cheveux au vent en totale liberté. Les Twin Peaks sont bien trop malins pour être taxés de copieurs ou de gardiens de musée et leurs chansons sont singulièrement bluffantes pour éviter les écueils inhérents à une telle entreprise…Alors on applaudit des deux mains et on en redemande.
L’ombre  des Rolling Stones planent également tout au long du périple avec de chouettes amis de voyage sur la route 66. « Keep it Together » part en Exile à Main Street pour corser les réjouissances mais malgré tout le groupe s’en tire haut la main. Keith Richards se fait faire des oreilles de lapin par Stephen Malkmus sur « Wanted You » et tape un bœuf à la cool avec Beck en sirotant un Mojito (« Getting Better »). L’ambiance générale respire le bien être ou la rêvasserie mais jamais la lassitude car les Twin Peaks mélangent les styles avec allégresse et simplicité.  Ainsi le Beck de Mellow Gold (1994, Geffen) découvre les joies de la pop baroque avec Eric Matthews. The Thyde taille le bout de gras avec les Beachwood Sparks « Holding Roses » et tous les amis finissent la soirée ensemble autour du feu, en pleine béatitude et l’esprit engourdi par les pétards qui tournent.

Si vous cherchez encore l’album Pop de l’été, vous l’avez trouvé. Pourquoi? Parce qu’il est gorgé de soleil et riche en mélodies euphorisantes et « cosmiques » et d’arrangements finement pensés, et parce que plus que tout, il rend heureux et c’est bien le principal. On réécoutera à coup sûr dans dix ans ce Down in Heaven et le charme opèrera toujours car il en est ainsi de la musique fait avec honnêteté et malice.

Twin Peaks Down in Heaven Grand Jury/Caroline
Page Facebook de Twin Peaks, et site web de Grand Jury et de Caroline.

TRACKLIST:

Walk To the One You Love
Wanted You
My Boys
Butterfly
You Don’t
Cold Lips
Heavenly Showers
Keep It Together
Getting Better
Holding Roses
Lolisa
Stain
Have You Ever?



Également dispo’ en streaming sur Spotify.





Ice Cream Man

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *