Yola « Walk Through Fire »

Premier album de la Britannique originaire de Bristol parfaitement inconnue de nos services alors qu’elle a déjà une belle expérience à son actif. Avec un disque pareil, nul doute que les portes de la gloire vont s’ouvrir en grand et le tapis rouge se dérouler sous sa voix lactée.

C’est la pochette qui m’a donné envie. Dès la première chanson, “Faraway Look”, on frise le 7ème ciel. Un gigantesque numéro de music-hall avec big orchestra, violons, flonflons et tout le saint-frusquin. Broadway nous voilà ! Comme si on entrait dans un palais des glaces vanille fraise avec un imposant lustre à la pistache, des tableaux chocolat noisettes de 4 x 3 au mur, une frise chantilly courant sous le plafond et un gigantesque escalier en nougat pour gravir les marches d’un album soul country mo-nu-men-tal ! La demoiselle aborde la chanson à la manière de Dusty Springfield, de Cher avec Sonny ou de Tracy Chapman. Yolanda Quartey de son vrai nom a été influencée par Otis Redding et les Staple Singers de son propre aveu. Ça se sent, ça s’entend. Elle a travaillé avec Massive Attack et a aussi fait des voix pour James Brown, entre autres. Quand tu l’abordes, tu ne lui colles pas une grande claque dans le dos accompagné d’un grand “hi ha” de cow-boy, tu lui donnes du madame et tu lui décroches un baisemain et une révérence de gala. Dan Auerbach encaustique l’album pour dire combien ça brille sous les projecteurs. La Soul-Country de Yola a bruni au soleil du sud. Les orchestrations entre tradition et modernité sont remarquablement limpides. Cette dame te fait croire qu’on peut se balader en robe de soirée dans les coins les plus reculés du sud des USA, au milieu des rednecks et des crotales.

Dans quelques mois, on nous rebattra les oreilles de cette immense Yola. Tant mieux.

Yola Walk Through Fire Easy Eye Sound

TRACKLIST :

Side A

Faraway Look
Shady Grove
Ride out in the Country
It Ain’t Easier
Walk Through Fire
Rock Me Gently

Side B

Love All Night (Work All Day)
Deep Blue Dream
Lonely the Night
Still Gone
Keep Me Here
Love Is Light


Également dispo’ sur iTunes, Qobuz, Spotify
ainsi que chez tous les bons disquaires !




Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.