Jon Spencer « Sings the Hits »

C’est la première fois depuis ses débuts en 1985 avec Pussy Galore que Jon Spencer sort un album sous son propre nom. S’aventurerait-il sur des terrains jamais foulés auparavant ? Même pas, Jon Spencer fait du Jon Spencer et si le disque avait été celui du Blues Explosion, on n’aurait rien eu à y redire si ce n’est que Sings The Hits est moins échevelé, mais tout aussi foutraque que ce que cuisine habituellement JSBX, plus proche que jamais de James Chance & The Contortions et des Beastie Boys (je le place là, bien en évidence, pour bien perturber ceux qui n’arrivent pas à se débarrasser de leurs œillères). Allez, montez à bord de la diligence, on va faire un tour.

Avec Sings The Hits composé de douze inédits dont aucun n’est encore un hit, Jon Spencer revient sur les traces de ses groupes new-yorkais préférés, ceux qui ont nourri toutes ses effluves soniques. En premier lieu et Cramps mis à part, James Chance & The Contortions — ou le nom que tu voudras lui donner — et plus largement, la No-Wave new-yorkaise. Pour le côté Rhythm ’n’ Blues bricolé et terriblement sexy. Et les Beastie Boys avec des titres explosifs comme les bluesy “Hornet” et “Wilderness”. Il y eut une époque où Unsane, Blues Explosion et Beastie Boys se renvoyaient constamment l’ascenseur, ne manquant jamais l’occasion de se tresser des lauriers les uns les autres, ce qui avait pour effet de désarçonner les “malentendants” qui ne pigeaient pas le lien entre les trois groupes. C’est pourtant évident ma petite dame, le Blues, rien que le Blues, mère de toutes les musiques qui nous animent et nous foutent le kiki tout dur! Avec des morceaux comme “Love Handle” ou “Cape” qui clôt cet album à la splendide pochette, aucune ambigüité possible, Jon Spencer confirme qu’il est un artiste d’une absolue modernité et de tous temps. Son blues aurait sa place dans les années 50 comme il sera toujours à la mode dans mille ans. Sings The Hits n’apporte rien de neuf, certes, il ajoute juste du bois dans la cheminée, c’est essentiel pour se tenir chaud.

Jon Spencer Sings The Hits In The Red/Differ-Ant

TRACKLIST

Side A

Trash Can
Fake
Overload
Time 2 Be Bad
Ghost
Beetle Boots

Side B

Hornet
Wilderness
Love Handle
I Got The Hits
Alien Humidity
Cape



Album également dispo’ sur Apple Music & Spotify.


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *