The Kills et Un Orage à La Coopérative de Mai

The Kills © Yann Cabello
C’était l’une des dates les plus attendues de ce printemps merdique à Clermont-Ferrand: le retour des Kills. Le groupe entretient depuis déjà de nombreuses années une relation amour/haine avec la capitale auvergnate. Il n’avait pas marqué les esprits lors de son premier passage dans le coin, en première partie de Franz Ferdinand en 2004, il se produisit pour Midnight Boom devant une salle pleine à craquer en 2008 et avorta sa prestation au festival Europavox à la dernière minute deux ans plus tard. Le public clermontois s’en est remis, mais n’est quand même pas venu en masse supporter le duo et leur nouvel album, Ash & Ice (2016, Domino). Grossière erreur.
La soirée débute en douceur avec l’Electro/Pop bourré de charme d’un autre duo, Un Orage. Composé d’une figure locale, Morgane Imbeaud (inutile de faire les présentations), et d’un guitariste parisien, Xavier Caux, échappé du groupe de Yodelice. Le groupe nous fait découvrir ce soir son charmant EP sorti quelques jours plus tôt. Une belle façon de commencer la soirée.
L’attente semble interminable ce soir, au bar en attendant sa bière comme dans la fosse, impatient de découvrir ce que les Kills ont a offrir. La surprise est de taille puisque le duo a cette fois eu la brillante idée d’ajouter deux musiciens, l’un aux claviers et à la basse, l’autre à la batterie. Deux (jeunes) recrues qui ajoutent selon moi ce qu’il manquait au groupe lors de ses précédentes tournées : du mordant et un peu de tension, en particulier sur les vieux morceaux (ça va cinq minutes la boite à rythme!). Alison Mosshart et Jamie Hince ont désormais beaucoup plus de facilité à occuper la scène, aussi grande soit-elle.
Alison Mosshart/The Kills © Yann Cabello

Dès les première notes de « No Wow », la chaleur se propage dans la fosse, et jusqu’au fond d’la salle. Une superbe entrée en matière qui annonce la couleur d’un set habité et sans fioritures. On est pas là pour déconner!
S’en suit une collection de tubes piochés équitablement dans chacun des album du groupe Keep On Your Mean Side, No Wow, Midnight Boom, Blood Pressure et du petite frère Ash & Ice. Force est de constater que les tubes en puissance « Doing It To Death » et « Heart Of A Dog » n’ont eu aucun mal à se faire une place au coté des « U.R.A. Fever » et autre « Bitter Fruit » ou « Kissy Kissy ». Une setlist tout simplement imparable.

Jamie Hince/The Kills © Yann Cabello  Alison Mosshart/The Kills © Yann Cabello

Le charisme des deux leaders est intact, en particulier celui de Mosshart, qui semble encore plus à l’aise d’année en année, balançant sa crinière blonde dans tous les sens, et offrant quelques pas de danse improvisés terriblement sexy. De son coté, l’intarissable Hince la joue tout en sobriété, balançant ses riffs sales à très haut volume, entre deux larsens bien sentis.
Pas besoin de débattre pendant des heures sur le sujet, The Kills a prouvé à tous ce soir à quel point il était un excellent groupe de scène, mais surtout, et ce, contrairement à ses plus récents albums, qu’il reste bel et bien un putain de bon combo Rock ‘n’ Roll!

Salle: La Coopérative de Mai
Photos: Yann Cabello ©
Site web des Kills, d’Un Orage, de Domino Recording Company et de Radical Production.



Concert enregistré par la radio californienne KCRW.


Session live pour The Strombo Show de George Stroumboulopoulos.

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.