Parquet Courts « Wide Awake! »

Pas du genre à se reposer sur ses acquis, les infatigables membres de Parquet Courts enchainent les projets. Quelques mois après la sortie d’un album solo pour Andrew Savage et la collab’ avec le compositeur italien Daniele Luppi, on les retrouve pour la suite de Human Performance. La productivité des Texans va-t-elle finir par nous saouler?

Jusque-là, toutes les productions de Sean Yeaton, Austin Brown, Max & Andrew Savage avaient un intérêt indéniable. Le groupe abordait ses albums & EP avec une approche différente à chaque fois. Cette fois, les quatre sales gosses exilés à Brooklyn ont opté pour un producteur et, honnêtement, le nom de Brian « Danger Mouse » Burton a fait grincer des dents. Car si ce dernier peut faire preuve de talent, il est surtout responsable de la transformation des Black Keys en un quelconque groupe de Pop/Rock édulcoré. Chez Parquet Courts, Burton, à défaut d’influencer l’écriture du disque, a surtout joué le rôle de conseiller en poussant le groupe dans ses derniers retranchements, sans pour autant étouffer son âme et sa folie. Nos New-Yorkais d’adoption ajoutent plus d’originalité à leur Indie Rock/Post-Punk, et évitent, une fois encore, la répétition. Plus rythmé et dansant que ses prédécesseurs, le disque n’en perd pas pour autant son côté Punk DIY comme le prouvent des titres comme « Total Football », « Almost Had to Start a Fight », « NYC Observation » ou « Normalization ».
Outre une prod’ plus soignée, Savage et Brown signent des textes racés et politisés, et causent (à leur façon) aussi bien du réchauffement climatique que de fusillades dans une Amérique gangrenée par Trump. Les quatre Punks dynamisent leurs compo’ avec des influences afro/latines sur lesquelles la basse de Yeaton, au groove imparable, sert de fil conducteur. Le quatuor dynamise « Wide Awake » avec de surprenantes percussions brésiliennes et fait redescendre la tension avec un orgue cheap et hypnotique (« Before the Water Gets Too High »), ou une ambiance Psyché, à la limite du Dub (« Back to Earth »).

Bien éveillés, les quatre Parquet Courts offrent une suite logique et remontée à Human Performance, et brisent les codes à la façon d’un groupe No Wave en se permettant absolument tout sur un Wide Awake violent, inspiré, engagé mais dansant et fun. Aussi culotté que les Clash période Sandinista!

Parquet Courts Wide Awake Rough Trade/Beggars

TRACKLIST:

Side A

Total Football
Violence
Mardi Gras Beads
Almost Had To Start A Fight
In and Out of Patience
Freebird 2

Side B

Normalisation
Back to Earth
Wide Awake!
NYC Observation
Extinction
Death Will Bring Change
Tenderness



Album également disponible sur Apple Music et Spotify.




Critique et écoute du Milano de Daniele Luppi & Parquet Courts (2017, 30th Century)
et Human Performance de Parquet Courts (2016, Rough Trade)

critique review chronique album concept pop rock punk post post-punk indie album lp record daniele luppi 2017 milano 30th century records parquet courts karen o soul and cigarette brian burton danger mouse mount napoleon andrew savage 

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *