Ron Gallo « Heavy Meta »

Heavy Meta

Dieu merci, la presse hexagonale n’a pas encore mis la main sur le nouvel album de Ron Gallo. Si c’était le cas, le jeune songwriter -ancien leader des obscures Toy Soldiers– serait déjà affublé de sauveur et/ou d’avenir du Rock ‘n’ Roll. Décryptage d’un deuxième album inattendu mais renversant.

Sûr que pas grand monde n’a dû voir venir ce Heavy Meta. Avec un titre d’album comme ça d’ailleurs, beaucoup on dû lui rire au nez. C’est New West Records, un label plutôt habitué à la Country pur jus qui a pourtant décidé d’accueillir le jeune Gallo. Et à l’écoute de son premier album solo (Ronny en 2014) à tendance Americana, on aurait trouvé ça logique. Sauf que Heavy Meta en est l’opposé et dès les premières notes de « Young Lady, You’re Scaring Me », un hymne Rock ‘n’ Roll hanté par « Sympathy for the Devil », on commence à comprendre le pourquoi du comment. Le jeune Ronny a dû tomber dans une collection de disques du New-York fin 70. Chaque chanson est un vrai tube, imparable, et on jurerait avoir vu Gallo jammer sur la scène du CBGB au coté de Johnny Ramones, de Richard Hell ou de Tom Verlaine.

Certes, voilà encore un disque qui ne brille pas par son originalité, et certain (râleurs) préfèreront certainement se replonger dans la brève discographie d’un Johnny Thunder et consorts; mais vu le talent et l’énergie qui animent ce jeune chevelu, sur album comme lors de prestations scéniques endiablées, pourquoi passer à coté de Heavy Meta, un pur produit de 78, né avec quelques 40 ans de retard, LA bombe Rock ‘n’ Roll de ce début d’année!

Ron Gallo Heavy Meta New West
Site officiel de Ron Gallo et de New West Records.

TRACKLIST:

Side A

Young Lady, You’re Scaring Me
Puts the Kids to Bed
Kill The Medicine Man
Poor Traits of the Artists
Why Do You Have Kids?
Please Yourself

Side B

Black Market Eyes
Can’t Stand You
Started a War
Don’t Mind the Lion
All the Punks are Domesticated



Album également disponible en écoute sur Bandcamp et Spotify.






Session live dans les studio Audiotree à Chicago.

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.