The Royal Premiers « Hifi Sound for Hipshakers »

10" maxi vinyl kizmiaz records rock 'n' roll r&b the royal premiers hifi sound for hipshakers 2016 critique review chronique tad patrick foulhoux
Après l’excellent premier album Friday Night Curse, les Nantais poursuivent sur leur lancée avec un 25 cms à six pétales. Ça porte bonheur. Toujours dans la veine garage, jive, exotica, les Royal Premiers mélangent vigoureusement les Sonics à King Khan & The Shrines, les Vindicators à Bee Dee Kay & The Roller Coaster, Tokyo Sex Destruction à MFC Chicken et Valentine Six à Ray Collins Hot Club. Le meilleur antidépresseur possible prescrit par Slow Show en ces temps troublés.

Le gang de Yann Jaffiol revient remonté comme un coucou avec six morceaux dédiés à la fête, à la danse, à l’abandon et au plaisir des corps et accessoirement, de l’esprit. Toute l’énergie déployée est exclusivement consacrée à rendre les gens heureux et de bonne humeur. Une parmi les fonctions sociales de la musique si tant est qu’elle en ait. Il devient si rare que l’enveloppe soit pleine… La musique est tellement considérée comme “accessoire” qu’elle en a perdu son âme, quand elle ne l’a pas vendue… Il y a de la noblesse dans la tenue et l’expression chez les Royal Premiers. Quand en 1956, Sam Cooke a séduit le public blanc avec “You Send Me”, sa démarche était intéressée. Les Royal Premiers font de même en annonçant Hifi Sound pour Hipshakers, la musique des night-clubs des années 60. Ils draguent outrageusement ceux qui ont encore envie de… vivre. Merci messieurs pour cette succulente tartine de gelée Royal !

The Royal Premiers Hifi Sound For Hipshakers Kizmiaz Records

TRACKLIST:

Face A

36.22.36
Barricuda
Pretty Baby

Face B

Boogaloo n°3
Walk On By Me
Sticky


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *