Royal Trux « White Stuff »

Après avoir passé quinze piges à la calée en rade de New York, c’est en 2015 que le couple Jennifer Herrema et Neil Hagerty remet le Royal Trux à l’eau. Trente ans après le baptême du vaisseau sanguin, cet énième album fait un point post résurrection, les soutes pleines de toutes les marchandises qui ont toujours nourri le groupe, de Punk à la Noise en passant subrepticement par le Rap pour franchir une nouvelle fois le cap Rock le vent en poupe et la proue fière.

Annoncé comme ça, tu te demandes dans quel guêpier tu viens encore de te fourrer. Malgré ce méli-mélo savamment agrégé, Royal Trux préserve son intégrité en entretenant une belle homogénéité en s’en tenant scrupuleusement à sa propre direction artistique, cap au Rock. Il se nourrit de tous les courants marins venant lécher New York, même le Rap, aussi parcimonieusement soit-il. Il peut même avoir des intonations Glam-Rock sur “White Stuff” qui donne le titre à l’album. Ce qui a toujours été un peu compliqué avec le Trux, c’est de s’installer confortablement pour l’écouter, il mue à chaque chanson, tel le caméléon passant de la branche au feuillage d’un même arbre non pas pour se camoufler mais au contraire, pour bien se démarquer en arborant des couleurs étincelantes. Royal Trux ne passe décidément pas inaperçu. Difficile à cerner pour les esprits trop cartésiens, Herrema et Hagerty ont ce petit grain de folie et cette originalité qui font d’eux des lutins plus audacieux que Boss Hog auquel on a tendance à les comparer. D’autant plus que Haggerty et Jon Spencer étaient associés dans Pussy Galore.

Royal Trux est au Rock ’n’ Roll ce que Les mystères de l’Ouest sont à la série télé, un pied dans la tradition, l’autre dans l’anticipation.

Royal Trux White Stuff Fat Possum/Differ-Ant

TRACKLIST:

Side A

White Stuff
Year of The Dog
Purple Audacity # 2
Suburban Junkie Lady
Shoes and Tags
Get Used To This

Side B

Sic Em Slow
Every Day Swan
Whopper Dave
Purple Audacity # 1
Under Ice



Egalement dispo’ sur iTunes, Qobuz & Spotify.


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.