The Schizophonics « People in the Sky »

Le tant attendu deuxième album est enfin descendu parmi nous. Amen.

L’effet de surprise passé et après les prestations incendiaires, soit la nouvelle livraison fait péter les scores, soit elle fait pschitt. L’épreuve du deuxième album est toujours périlleuse. Pas pour les Schizophonics. Ça passe comme une lettre à la poste, comme un char d’assaut à l’assaut de Fort Knox. C’est un peu moins sauvage, mais ça avoine toujours de bout en bout. Un mystère apparaît, le bassiste n’est plus là et personne n’est crédité à ce poste. Même si l’effet de surprise n’y est plus, les Schizo perpètrent un disque brûlant, incendiaire, démoniaque, éblouissant, un album qui s’écoute à 11 pour bien visualiser les sauts de cabri du chanteur qui font couiner les vieux os de James Brown. Ils me rappellent l’effet qu’ont fait les Devil Dogs à leur apparition ou même les Hellacopters, voire même Jim Jones Revue. Ils arrivent avec leur recette de grand-mère, un rock’n’roll brut, pas ébarbé, ébouriffé, éméché, une recette qu’on a tendance à oublier à force de chercher l’originalité à tout crin. Heureusement que de temps à autre, il y a un narvalo qui sort du chapeau pour rappeler les principes de base. Si tu aimes les petites fessées, les Schizophonics en distribuent, non pas à la pelle, mais au bulldozer.

The Schizophonics People in the Sky Pig Baby Records

TRACKLIST :

Face A

Something’s Got to Give
Steely Eyed Lady
Nine Miles
People in the Sky
The One I Want

Face B

Battle Line
Not Gonna Change my Mind
Long Way to Go
Show me Your Eyes
Like a Mummy
Down and Out
She’s Coming Back



Album également dispo’ sur Apple Music, Qobuz &  Spotify,
mais aussi et surtout, chez tous les bons disquaires indé’ !



Critique et écoute de Land of the Living
des Schizophonics (2017, Sympathy for the Record Industry)

chronique critique review rock 'n' roll punk 2017 brian reilly john falk land of the living lety beers mike stax pat beers sympathy for the record industry album lp record disque the schizophonics tom lord
 

Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.