Les Soucoupes Violentes « Dans ta Bouche… »

unnamed1
Après avoir réédité numériquement l’intégrale des Soucoupes, Nineteen et des poussières ressort physiquement le premier album en CD paru initialement chez Tutti Frutti en 1987. Si on n’avait pas écouté le disque depuis quelques temps, on retrouve cette incroyable tonicité qui faisait la singularité des Soucoupes Violentes.

Les Soucoupes étaient de leur temps, certes, mais également en avance de quelques années-lumière puisqu’elles sont toujours dans la course et même si la production de Marc Police est marquée d’époque, un gros effort a été fait sur le mastering par Jean-Paul Vittori. Les Soucoupes Violentes pourraient être la prochaine sensation si les mass-médias daignaient réécouter ce monument édifié par Stéphane Guichard (chant, guitare), Aude Legrand (claviers), Olivier Flux Favre (basse) et Denis Baudrillart (batterie).
Les Soucoupes ont toujours été bilingues. Pas qu’elles aient des langues fourchues comme des vipères malveillantes, non, rien à voir, elles émettent autant en français qu’en anglais, ce qui permet de moduler les ambiances et les sonorités en évitant les écarts de langage qui mèneraient aux écarts de conduite irréversibles. Les Soucoupes sont toujours en activité et toujours pertinentes, justes. Elles continuent de sillonner la galaxie parmi l’élite d’un rock qu’il était convenu d’estampiller “Closer” autrefois, dans les années 80, un rock qui assemblait 60’s, pop, surf, Stooges, punk, le tout avec élégance. A cette époque, les Soucoupes étaient de la trempe des Dogs, de Kid Pharaon, Batmen, Fixed Up, Cherokees, Scuba Drivers, Shifters, Shredded Ermines, City Kids, les Calamités et un milliard d’excellents groupes que comptaient la France. L’orgue d’Aude Legrand donne une teinte garage 60’s à leur surf-pop bubble-gum…
Bref. Je pourrais t’aligner une chiée d’épithètes qu’il n’y suffirait pas à qualifier l’étonnante vitalité des Soucoupes Violentes qui sont désormais en trio autour de Stéphane Guichard et qui ont sorti un album en 2015, Fort intérieur. Leur second depuis la reformation en 2005. A l’occasion de cette réédition, le label ne pouvait se contenter des huit morceaux d’origine en plus du dépoussiérage des bandes. Il a rajouté les quatre titres du premier EP de 1984 ainsi que la face B du 45 tours Dans ta bouche. Là-dessus, tu rajoutes que le grand Max Well du célèbre fanzine Le légume du jour a écrit l’histoire des Soucoupes pour le livret qui contient également quelques belles photos d’époque et tu devrais pouvoir passer l’hiver au chaud. Tu as le choix, prendre ce disque dans les oreilles et je te le recommande vivement ou bien, dans la bouche. Ne te gêne pas pour moi.

Les Soucoupes Violentes Dans ta bouche… Nineteen Something
Site Web des Soucoupes Violentes et de Nineteen Something.

TRACKLIST :

Dans ta bouche
Teach Me How To Shimmy
Make You Mine
Yaourt
La même histoire
Doing Fine
Twistin’ Postman
L’indifférent
Mercenaire
Capitale
Déjà oubliée
Driving Me Insane
Rester au lit



Également dispo’ en écoute intégrale sur Bandcamp et Spotify.

Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.