Ty Segall « Emotional Mugger »

Emotional Mugger
Avertissement: Ceci n’est pas une critique à proprement parler, mais plus une sorte de coup de gueule à propos d’Emotional Mugger, l’énième album du jeune Ty Segall.

Non pas que le disque soit mauvais, parce qu’il est loin de l’être. Mais il n’est pas non plus flamboyant ce dixième album solo (en huit ans). Et c’est justement ça le souci, huit album solo en 8 ans!! Et encore, on ne parle pas de ses autres projets (comme les sous-Black Sabbath Fuzz ou ses covers -enregistrées juste pour le fun- de T-Rex). C’est que même ses plus grands fans, aussi mordus soient-ils, risquent eux aussi l’indigestion avec ces conneries! Alors, vous me direz, il faut bien que le bonhomme ait quelque chose à défendre, vu qu’il passe 98% de l’année en tournée (les 2% restant en studio), soit, mais pas besoin non plus de sortir 3 à 5 albums par an. A croire que le rockeur blondinet a peur qu’on l’oublie!
Bon, parlons quand même un peu de cet Emotional Mugger. Coté personnel, rebelote, on a droit à Segall et sa bande habituelle de copains, à savoir Charles Moothart et Mikal Cronin avec en plus deux trois guests plus ou moins inattendu (Dale Crover des Melvins, Emmett Kelly du Cairo Gang, King Tuff ou deux membres de Wand). Musicalement, c’est aussi la même formule, même si les titres sont ici un poil plus décousus que précédemment. On y trouve quelques tubes (« Diversion », « Candy Sam ») et quelques morceaux plutôt dispensables.

On ne demande qu’une chose au petit Ty (enfin, je parle pour moi là), qu’il prenne son temps, s’applique un minimum et nous sorte l’album de l’année, voire même, de la décennie. Parce qu’il en est capable en plus, on n’a pas de doute là-dessus. Come on Ty, on croit en toi !

Ty Segall Emotional Mugger Drag City Records/Modulor

TRACKLIST:

Side A

Squealer
Californian Hills
Emotional Mugger/Leopard Priestess
Breakfast Eggs
Diversion

Side B

Baby Man (I Want a Mommy)
Mandy Cream
Candy Sam
Squealer Two
W.U.O.T.W.S.
The Magazine








Critique du concert de Ty Segall (Drag City) & J.C. Satàn (Born Bad Records)
le mardi 28 octobre 2014 à La Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand

Critique du concert de Ty Segall Band de Drag City Records et J.C. Satàn de Born Bad Records en concert à La Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand le mardi 28 octobre 2014 accompagné de photos signées Titouan Massé

Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.