Beaten Brats « S/T »

beaten brats dangerhouse danger house skylab 2019 rock 'n' roll punk lyon croix rousse patrick foulhoux critique review chronique album ep
Néo-trio lyonnais composé de belligérants fichés par nos services, Beaten Brats déballe dix morceaux qu’il refourgue à la sauvette au coin de la rue.

Les dix chansons courent à 45 tours par minute. Autant dire qu’il faut avoir du souffle pour suivre le tempo cadencé par la crème punk de Los Angeles de 77 (Weirdos) ou londonienne de la même époque (Vibrators). Les mecs ont beau être de toute première jeunesse, ils ont déjà un bagage suffisant pour sulfater épais en maintenant le tir sans mollir. Avec une pochette pastichant un rien Sticky Fingers et un nom en clin d’œil aux Ramones, les enfants battus signent là un remarquable acte de naissance. La scène lyonnaise qui prend sa source au Dangerhouse rue Thimonnier dans le 1er arrondissement, disquaire volcanique doublé d’un label basaltique en constante éruption, est en plein renouveau depuis trois ou quatre ans, ça va finir par faire jaser.

Beaten Brats Beaten Brats Dangerhouse Skylab

TRACKLIST :

Face A

Homie Side
I’m Alright
No Hope, No Love
O Misery
Cop Magnet

Face B

Burn Hollywood Burn
Loser
Epileptic
White Line
Beaten Brats


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.