LCD Soundsystem et Shit Robot au festival Les Nuits de Fourvière

Après deux concerts -rapidement sold out– à l’Olympia en septembre dernier, on se languissait de voir apparaitre le nom de LCD Soundsystem à l’affiche du festival lyonnais Les Nuits de Fourvière cette année, avec le seul concert du groupe en France cette année. Étrangement pourtant, c’était l’une des rares dates à ne pas afficher complet.

Malgré un concert programmé en début de semaine et une météo catastrophique, James Murphy et sa bande ont su livrer, comme à son habitude un show dantesque. Lorsque l’on débarque dans le superbe théâtre antique de Fourvière, peu après l’ouverture des « portes », la pluie a déjà fait des siennes. Le site se remplit lentement, les Lyonnais espérant certainement une météo plus clémente pour débarquer. Comme sur toute la tournée des New-Yorkais, c’est Marcus « Shit Robot » Lambkin qui ouvre le bal pour un Dj set. L’Irlandais, caché au fond de la scène derrière les instruments de la tête d’affiche, offre un beau mix entre Disco et Electronica qui malheureusement, ne séduit pas le maigre public présent. Il faut dire que les conditions climatiques ne jouent pas en sa faveur…

On est presque agacé de l’interminable attente sous la flotte, quand débarque enfin LCD, peu avant 22h00. Très rapidement, Nancy Whang, Pat Mahoney, Gavin Rayna Russom, Tyler Pope, Al Doyle, Matt Thornley, Korey Richey & James Murphy nous font oublier notre rancœur. Le groupe au complet entame avec un « You Wanted a Hit » qui met tout le monde dans le bain. S’ensuit une série de tubes joués avec une énergie et un plaisir incroyables. Il y en aura pour tout le monde ce soir, des fans de la première heure (« Tribulations », « Get Innocuous », « Yr City’s a Sucker », « Movement ») comme du récent American Dream (« Call the Police », « How Do You Sleep? », « Tonite », « Emotional Haircut », « Oh Baby »). Entre deux titres, Murphy, gêné, s’excuse de nous faire subir un concert sous la pluie et s’étonne même de voir autant de monde, « à votre place, j’aurais tenu 15 minutes » confesse-t-il. C’est d‘ailleurs à ce moment là que la petite averse supportable fait place aux grosses gouttes version putain de déluge, le genre à vous faire regretter de vous être levé ce matin… Un instant, on pense à courir s’abriter mais, trempé pour trempé, autant continuer malgré le déluge à profiter d’un concert qui frôle la perfection! Les New-Yorkais, qui transmettent leur bonne humeur au fil de morceaux alternant entre Post-Punk nerveux, Pop tubesque et Electro dansant, parviennent même à nous faire complètement changer d’avis sur leur come-back ridiculement court, nous rappelant à quel point leur groupe compte. Peu de temps avant qu’il s’apprête à quitter une première fois la scène pour un court break, le groupe se lance dans un nouvel hommage (le deuxième, après « I Can Change » et son intro’ emprunté à Kraftwerk) avec une cover du « I Want your Love » de Chic, chanté par Nancy Whang.

Minuit approche alors que Murphy et les siens se retirent définitivement de la scène. Ils nous auront offert ce soir un show de près de 2h tellement mémorable et prenant que même la pluie n’aura pas réussi à nous chasser et, franchement, c’était pas gagné..!

Setlist

You Wanted a Hit
Tribulations
I Can Change
Call the Police
Get Innocuous!
I Used To
Daft Punk Is Playing at My House
Yr City’s a Sucker
Movement
Someone Great
Tonite
Home
I Want Your Love (Reprise de Chic)
How Do You Sleep?

Rappel

Oh Baby
Emotional Haircut
Dance Yrself Clean
All My Friends

Photos : Loll Willems
Festival Les Nuits de Fourvière à Lyon


Critique de l’album American Dream (2017, DFA/Columbia),
et du documentaire Shut up and Play the Hits (2012) de Will Lovelace et Dylan Southern.

lcd soundsystem american dream 2017 capitol records electro post-punk dfa james murphy critique review chronique nancy whang gavin russom pat mahoney al doyle tyler pope 


Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *