Rock en Seine 2016, une édition caniculaire!

Affiche Rock en Seine 2016
Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante, elle nous a tout de même réservé son lot de surprises. Récit de trois jours musicaux particulièrement chauds.

The Last Shadow Puppets au festival Rock en Seine par Robert Gil ©  The Last Shadow Puppets au festival Rock en Seine par Robert Gil ©

The Brian Jonestown Massacre au festival Rock en Seine par Robert Gil ©

Alex Turner & Miles Kane (The Last Shadow Puppets) et les Brian Jonestown Massacre.

Jour 1: Brian Jonestown Massacre, Two Door Cinema Club, Clutch & The Last Shadow Puppets.

C’est avec beaucoup de retard que nous nous rendons sur le site vendredi 26. Il fait beau, très chaud, du coup, on part vite se rafraichir au bar (mauvaise idée) histoire de ne pas mourir de déshydratation (bonne idée). On regrette un peu de rater les sales gosses de Slaves qui ont apparemment donné un excellent concert.
On se rattrape sur Brian Jonestown Massacre, idéal pour commencer cette journée dans le parc de Saint-Cloud. La bande d’Anton Newcombe, en très grande forme, offre une version allégée de leur tournée estivale en Smac (les Américains jouaient de deux à trois heures), mais tout autant bourrée de tubes (« Servo », « Nevertheless » ou « Anemone »). Voilà une formation qui, comme le bon vin, se bonifie avec le temps!
Pendant que les Irlandais de Two Door Cinema Club transforment la grande scène en club géant (avec succès), les Américains de Clutch, vétérans d’un Rock ‘n’ Roll aux accents Heavy Stoner donnent dans le dur sur la scène de l’industrie. Malheureusement, le son du trio parait un peu daté et leur set ne décolle pas vraiment, dommage. On se rattrapera en réécoutant leur album Psychic Warfare (Groove Attack), sorti l’an passé.
Une foule en pleine forme se réunit devant la scène pression live, ça suffit pour attirer notre attention, il s’agit du concert des Suédois de Royal Republic qui vient tout juste de débuter. Bien que leurs compos soient plutôt bien foutues, le groupe en fait un peu trop à mon goût, soulignant un peu trop le caractère FM de leurs titres, il n’a ni le charisme de ses compatriotes des Hives, ni le sens du tube façon Hellacopters. Je passe mon tour.
On part en direction de la grande scène pour retrouver le duo le plus chaud du moment, Alex Turner et Miles Kane, qui semble toujours prendre un énorme pied avec les Last Shadow Puppets. Leur set d’une heure et demi ne comportera aucune faute de goût et le duo offrira même de belles reprises: « Moonage Dream » de feu David Bowie et « Les Cactus » de Jacques Dutronc. La grande classe!


Massive Attack

Les légendes du Trip-Hop Massive Attack.

Sigur Rós au festival Rock en Seine par Robert Gil ©

Les merveilleux Islandais de Sigur Rós.

Jour 2: Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Casseurs Flowters, Sigur Rós et les anglais de Massive Attack.

Samedi, la chaleur est elle aussi de retour, et semble bien décidée à nous en faire baver, une fois de plus!
Les Rennais de Kaviar Special ont la lourde tâche d’ouvrir cette journée sur la scène de l’industrie. Leur excellent Rock ‘n’ Roll/Psyché’ fonctionne à merveille et la fosse se remplit de minute en minute. On espère rester dans le Rock ‘n’ Roll qui tache et on s’échappe avant la fin près de la grande scène, pour voir les Rockeurs de Philly’ Beach Slang. Mais là, c’est le drame..! Les Ricains, sur-lookés en font des caisses (mention spéciale au chanteur James Alex) et rendent leur set complètement indigeste, grosse déception!
On reste dans le coin pour constater que les Australiens de Wolfmother tiennent toujours autant la forme, quelque part entre ces bons vieux Queens of the Stone Age et les Datsuns. On retrouve le morale.
Les nombreux t-shirts et tattoos à l’effigie du quintet Deathcore Bring Me The Horizon affluent sur le site, et on comprend que quelque chose se trame. Les Anglais débarquent sur scène et rend son public complètement fou ! Leurs fans fidèles créent un mosh pit géant et se rentrent littéralement dedans pendant le set musclé et carré de leur idoles. Çà force le respect!
Petite pause, on reprend son souffle et une (ou plusieurs) bière(s) et on laisse, non sans quelques appréhensions, une chance au duo formé par Orelsan & Gringe, les rappeurs de Casseurs Flowteurs. Pas d’échauffements pour les deux trentenaires, accompagnés par l’excellent Dj Pone (ex-Birdy Nam Nam) aux platines, qui mettent une ambiance de folie en moins de deux. Là encore, on s’incline face aux talents indiscutables des emcees.
Les choses sérieuses commencent (finalement assez tardivement) avec les Islandais de Sigur Rós, qui livrent un set aussi beau que puissant, complètement transcendant, mention spéciale à une scénographie tout simplement magnifique. Il faut le vivre pour le croire.
C’est le moment que choisit mon voisin de gauche pour me taper la conversation, je file donc voir les têtes d’affiche de la soirée.
La plus grosse claque de la soirée (et/ou du festival) revient donc aux Anglais de Massive Attack, qui distillent depuis le début d’année de nouveaux titres au compte goutte, tous plus géniaux les uns que les autres (les EP’s Ritual Spirit et The Spoils). Là aussi, on a affaire à une très belle (mais sobre) scénographie, faite de beaux éclairages et de nombreux messages à la fois pseudo-philosophiques (« A quoi sert la vie? ») ou politique (« Burkini : Sarkozy s’excite, la gauche s’effrite »). Robert « 3D » Del Naja et Grant « Daddy G » Marshall, accompagnés d’une formation solide, jouent avec une classe rare une belle collection de classiques (« Risingson », « Inertia Creeps », « Angel ») et quelques nouveaux titres (« Ritual Spirit », « Take it There »). Le collectif de Bristol est accompagné au chant du fidèle chanteur jamaïcain Horace Andy, de membres de Young Fathers, du chanteur Azekel et, pour la première fois (à Paris) depuis longtemps, de leur ami Tricky, qui avait fait ses premiers faits d’armes à leur coté au débuts des années 90. Une belle surprise. Avant de revenir pour un rappel, Massive Attack lance deux derniers classiques (« Safe from Harm » et « Unfinished Sympathy »), devant une poignée de messages forts, en hommage aux victimes des lâches attentats commis à travers le monde ces derniers mois.


Kevin Morby au festival Rock en Seine par Robert Gil ©  Kevin Morby au festival Rock en Seine par Robert Gil ©

Kevin Morby et le légendaire Iggy Pop.

Kevin Morby et le légendaire Iggy Pop.

Jour 3: Kevin Morby, Sum 41, Iggy Pop & Foals.

En ce dimanche de clôture du Rock en Seine, la chaleur s’est un peu dissipée, laissant place à la fatigue d’une partie des festivaliers, certains payant le prix de leurs excès de la veille.
L’Américain Kevin Morby, auteur du somptueux Singing Saw (Dead Oceans) sorti au printemps dernier, tente de réveiller la foule peu nombreuse devant la scène de la cascade. Malgré une flopée de tubes Folk/Rock et un immense talent, son set (trop court) ne fonctionne qu’à moitié. Le public est bien plus nombreux et réceptif devant les Canadiens de Sum 41, qui ravivent avec un franc succès (sic) leurs tubes Punk/Rock d’ado’ sorti au début des années 2000. Ça marche, mais ça manque un peu d’originalité!
On ne retiendra pas grand chose d’autre en plus de cette dernière journée, si ce n’est la belle Soul de Gregory Porter, l’Electro/Rock de Soulwax (seule formation européenne qui fait le poids d’un LCD Soundsystem), les Anglais de Foals (même si leur set reste sans surprise) et bien sur, l’un des père du Punk: Iggy Pop. L’iguane a toujours autant la forme à 69 ans passés, dommage que Josh Homme & Co ne soient pas présent sur cette tournée pour l’accompagner, comme sur son dernier opus Post Pop Depression (Loma Vista Recordings).

Avec une programmation plus grand public que La Route du Rock (en Bretagne) ou l’excellent This Is Not a Love Song (Nimes) mais tout de même plus pointu que Solidays ou Les Vieilles Charrues, la quatorzième édition du Rock en Seine, bien qu’ayant souffert d’une baisse de fréquentation, convint finalement grâce à une poignée d’artistes hors du commun. On attend donc avec impatience ce que le festival aura à nous proposer pour son quinzième anniversaire l’an prochain!

Festival Rock en Seine (vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 août 2016)
Domaine National de Saint-Cloud.
Photos par Robert Gil ©,
sauf Massive Attack, par
Christophe Crénel © et Iggy Pop par Olivier Hoffschir ©.
Vidéos par Culturebox.


Stéphane Pinguet

Disquaire indépendant aigri mais passionné, amateur de musique, cinéma, littérature et bandes dessinées en tous genres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *