Destination Lonely « No One Can Save Me »

No One Can Save Me
Après avoir balancé deux cocktails Molotov, une pile électrique de 25 centimètres, Fun Is Dead… (Nasty Product, 2009), et un bâton de dynamite authentifié mini-album par les services vétérinaires, Kiss or Kicks (Les disques Steak, 2012), le gang toulousain revient le taser à la main pour décocher un premier album avec la ferme intention de vaincre par KO. Le power-trio est complètement givré. Il n’y avait bien que le parc d’attraction Voodoo Rhythm pour héberger une centrale atomique pareille.

Nouveau disque, nouveau personnel. Marco Fatal toujours à la barre. Ex-Fatals, Complications, ex-Kung Fu Escalator, ex-Mighty Gogo Players, Blew Up et que sais-je encore, Marco a été rejoint par Wlad à la batterie, Perpignanais comme lui, ayant joué avec les Beach Bitches entre autres groupuscules terroristes sonores. Et pour certifier l’état de catastrophe naturelle, Lo Spider a intégré la meute. Si ton plafond s’effondre à l’écoute de ce disque, je te rassure, c’est normal.
Lo, le Jim Diamond français, a enregistré l’album dans son propre studio, au Swampland, à Toulouse. Il a également joué dans plein de groupes dont le célèbre Jerry Spider Gang. Avec ce premier véritable album, les trois acolytes concentrent en dix chansons toutes leurs expériences passées. Destination Lonely croise en apnée dans les sixties avec la distorsion en guise de pare-buffle et la fuzz pour tronçonneuse. Si tu vois arriver le bolide au coin de la rue, ne traverse pas, même sur les passages protégés à 105 décibels. Il n’est pas bien fin l’animal. Depuis qu’il est grand comme ça, Marco Fatal est obnubilé par les terrifiants Bostoniens de Cheater Slicks qui sont aux Cramps ce que Godzilla est à Casimir de L’île aux enfants. C’est toujours tenace avec Destination Lonely chez qui les gars du Massachussetts ont laissé des cicatrices. Je te rappelle, étourdi que tu es, que Destination Lonely était le titre d’un album des Cheater Slicks (Dog Meat Records, 1991). Comme ça, si on te demande, tu diras que tu savais.
Il y a aussi du Stooges là-dedans, des francs-fous qui reprennent les Outsiders des fois qu’on ne comprendrait pas de quelle tribu sont issus les fauves.

Pour qui sonnent les acouphènes !

Destination Lonely No One Can Save Me Voodoo Rhythm Records
Page Bandcamp de Destination Lonely et site web de Voodoo Rhythm.

TRACKLIST:

Face A

Freeze Beat
Gonna Break
S+E+U+L
Mud
Now You’re Dead

Face B

Black Eyed Dog
Protect You
Outta My Head
Sun’s Going Down
No One Can Save Me



Également dispo’ en écoute sur Bandcamp et Spotify.


Patrick Foulhoux

Ancien directeur artistique de Spliff Records, Pyromane Records, activiste notoire, fauteur de troubles patenté, journaliste rock au sang chaud, spécialisé dans les styles réputés “hors normes” pour de nombreux magazines (Rolling Stone, Punk Rawk, Violence, Dig It, Kérosène, Abus Dangereux, Rock Sound…), Patrick Foulhoux est un drôle de zèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.