Wolf Parade « Cry Cry Cry »

patrick foulhoux critique review chronique indie pop rock indépendant spencer krug dan boeckner arlen thompson dante decaro
Les Montréalais ont disparu de la vitrine après l’Expo 86 (Sub Pop, 2010), affairés à leur lente mutation, passant de lycanthrope quadrupède à quatuor en chaussettes ce qui ne veut strictement rien dire je te l’accorde, mais quand ça me démange, faut que je me gratte de la patte arrière. La Parade du Loup invite David Bowie à la sérénade sous le balcon des 80’s.

Quinze ans que la Parade défile en bas de chez moi sans que je n’y prête attention. La pochette du quatrième album accompagnée d’un titre énigmatique m’a incité à enfreindre mon hygiène de vie qui consiste à n’écouter que de la musique pour délaisser le tout-venant, et il y a déjà de quoi faire. Ce qui m’a flatté l’oreille, c’est la voix cérémonieuse aux intonations à la David Bowie. La cosmétique 80 ne me vrille pas les feuilles. Il y a chez Wolf Parade une façon élégante de faire de la pop, avec de vrais instruments sans trop avoir recours à ces saloperies d’expédients synthétiques en vogue dans les 80’s. WP reste poli en ma présence, là n’est pas la moindre de ses qualités. Un groupe qui clôt le débat avec “King of Piss and Paper” ne peut pas être foncièrement mauvais.

Wolf Parade Cry Cry Cry Sub Pop/Pias

TRACKLIST

Side A

Lazarus Online
You’re Dreaming
Valley Boy
Incantation

Side B

Flies on The Sun
Baby Blue
Weaponized
Who Are Ya
Am I an Alien Here
Artificial Life
King of Piss and Paper



Album également disponible sur Spotify par ici.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *