Thee Oh Sees & The Wendy Darlings à La Coopérative de Mai

thee oh sees the wendy darlings 2017 rue serge gainsbourg clermont-ferrand chronique review live report critique rock 'n' roll pop punk

En Mai, Fait ce qu'il te plait! Si en ce doux mois printanier, La Coopérative de Mai a vraiment fait ce qui lui plaisait, on ne peut que l'inciter à réitérer l'expérience. Car en pas moins d'une trentaine de jours se sont succédés rue Serge Gainsbourg la bande à John Dwyer, Sleaford Mods, Shellac, The Bronx, Andy Shauf et Against Me! Récit de la première de cette belle salve de concerts...

(...)

This Is Not a Love Song 2017: Indé’ et ensoleillé!

tinals 2017 this is not a love song festival flying lotus live report tinals chronique review

Le festival nîmois This Is Not a Love Song vient de fêter sa cinquième bougie. Pari réussi pour créateurs, TINALS est clairement devenu l'un des événements estivaux majeurs pour tout amateur de musique indé' qui se respecte. Attiré par l'alléchante programmation, on vous raconte notre "baptême" du feu.
Jour 1: Goat Girl, Coathangers, Make-Up, Danny Brown & Moderat.
Par Stéphane

(...)

Thee Oh Sees + Wendy Darlings à La Coopérative de Mai

thee oh sees the wendy darlings concert concours la coopérative de mai clermont-ferrand 2017 punk garage rock 'n' roll

Ici et là, il se dit que les motifs répétitifs du Krautrock constitueraient l’ossature des derniers albums de Thee Oh Sees. On parle aussi des Floyd époque Syd Barrett, du futur 13th Floor Elevators, d’ivresse permanente, d’hallucinations, de Garage hystérique. Bref, on dit beaucoup de chose sur le groupe de John Dwyer, prolifique formation riche de

(...)

Thee Oh Sees « An Odd Entrances »

Thee Oh Sees An Odd Entrances Castle Face Records John Dwyer Album Psychedelic Garage Rock Punk

Suite au très académique A Weird Exits sorti cet été, Thee Oh Sees nous livre An Odd Entrances pour la conclure dans un effet de miroir plutôt évident. Défini comme un "appendice" au premier album, celui-ci peut aussi se voir — enfin, s’entendre — comme un frère jumeau siamois maléfique sachant que ces deux albums ont été enregistrés lors d’une même session. Les séparer chirurgicalement

(...)

Woods « With Light and With Love »

critique review brooklyn new-york woods woodsist differ-ant jeremy earl with light and with love

A l'instar de John Dwyer avec Thee Oh Sees et Castle Face, Jeremy Earl se débrouille plutôt bien.
Auteur de sept albums en sept ans d'existence avec son groupe Woods, et à l'origine d'un bon nombre de sorties sur son label Woodsist (des Babies aux Fresh & Onlys, en passant par Kevin Morby, Real Estate, Wavves ou Kurt Vile), le songwriter à la gueule de hipster hippie reste toujours très

(...)